Demon Catchers

Demon Catchers est une série sud-coréenne. Il s’agit d’une série fantastique adaptée d’un webtoon de Jang Yi. Sortie depuis 2020 sur Netflix, on compte pas loin de 16 épisodes. Attention tout de même, cette série est pour un public averti de plus de 16 ans !

Synopsis

“Ils travaillent dans un restaurant de nouilles le jour et chassent les démons la nuit, en utilisant leurs capacités très spéciales pour protéger les humains des esprits.”

Netflix

Cela fait un petit moment que Netflix a fait le choix de nous offrir beaucoup de productions coréennes. Du film de zombie aux dramas, les choix sont vastes. Alors quand le pays du matin calme s’attaque aux super-héros, ça donne quoi ?

Webtoon

Pour une nouvelle vie

« Demon Catchers », kézako ? C’est l’histoire d’une équipe de chasseurs de démons. Tous ayant des pouvoirs spécifiques, et qui verra l’arrivée d’un jeune élu. Vu comme ça, on pourrait se croire dans une production américaine lambda. Sauf qu’à la place d’un institut pour jeunes mutants, vous trouverez ici… un restaurant de nouilles. Rien que ça. Cette équipe de chasseurs est chapeautée par un mécène qui couvre leurs dépenses. Si tant est qu’elles soient relatives à leurs missions, et tous doivent rendre des comptes à leurs commanditaires, autorités spectrales qui veillent à la bonne régulations des âmes défuntes. Bref, nos quatre costauds dopés aux nouilles sont des pions qui tendent à ramener les démons au coin afin qu’ils y restent.

Même si la part belle est faite à tous les protagonistes, nous suivons surtout le parcours de So Mun. Jeune garçon qui vit chez ses grands-parents suite au décès de ses parents dans un accident de la route dans lequel lui-même se trouvait. Outre le deuil, cet accident lui aura laissé une jambe handicapée et un lourd trauma. Nous suivons son quotidien, du foyer chaleureux de ses aïeuls où les sourires fusent entre deux crises d’Alzheimer de sa grand-mère, au lycée où les jeunes se font maltraiter et racketter par les fils de riches. Malgré la rudesse de la vie, So Mun pourra compter sur le soutien sans faille de ses deux meilleurs amis, avec qui il fraye depuis l’enfance. Leur trio est d’ailleurs un vrai régal.

Un jour, lors d’une balade citadine, So Mun fut frappé par ce qui se rapprocherait plus d’une décharge électrique et lui laissera les cheveux ondulés. Il remarquera également d’étranges points noirs aux bouts de ses doigts. Ainsi, une nouvelle vie commençait pour lui. Et pas la plus simple.

Pitché comme ça, vous allez me dire « c’est bateau ». Et vous n’aurez pas totalement tort. Sauf que, outre un début de scénario un poil ampoulé, les qualités de « Demon Catchers » sont bien plus nombreuses et singulières.

Anatomie d’un ovni

Il est vrai que les productions asiatiques peuvent rebuter les non initiés. Tout du moins de prime abord. C’est, encore une fois et il faut le dire, tout au crédit de Netflix d’avoir eu le bon goût de nous proposer les métrages et séries made in Korea. Et pour le coup, « Demon Catchers » est très facile à appréhender car elle regorge de codes qu’elle aura su ingurgiter et digérer pour nous pondre une petite pépite qui finalement sort du lot.

Le thème des super-héros est omniprésent sur nos écrans, petits et grands, depuis vingt ans. On en a mangé à toutes les sauces et il faut avouer que parfois on aurait tendance à penser que l’écœurement n’est pas très loin. Cependant, cette fois, pas du tout. Les codes sont là, mais le décorum et le traitement diffèrent radicalement des standards d’outre-atlantique. Ainsi, c’est un étrange ballet qui se présente à vous pendant pas moins de seize épisodes. Une frénésie qui mêlera humour efficace, violence parfois assez dure et bons sentiments. C’est ce grand mélange qui donne une saveur toute singulière à cette série. Même si la langue ne vous est pas familière, il va de soi que regarder la série en VO est une plus value non négligeable.

L’histoire, qui part sur des bases entendues, se retrouve à être plus complexe que prévue, nous emmenant dans des intrigues politiques, familiales et relationnelles. Les enjeux sont multiples et chaque personnage se révèle plus profond qu’il n’y paraît, chacun ayant une croix à porter.

Servie par un casting parfait, la série sait jouer sur les différentes cordes des sentiments. Chaque acteur est en totale adéquation avec sa partition et tous sont aussi charismatiques les uns que les autres. Toujours drôles et touchants sans être ridicules, nous prenons plaisir à les voir se chamailler ou se soutenir dans les moments difficiles. Une vraie famille qui vous donne envie de partager un grand bol de nouilles (ah, ça y est, j’ai faim).

Lire aussi notre article : Tomorrow with you

Faire partie de l’équipe

Au sortir de la série, que j’ai regardée à coup de deux épisodes par soir, je peux vous dire plusieurs choses. Déjà, que j’ai vraiment adoré ! Comme dit plus haut, nous sommes dans un thème confortable et assimilé, mais l’exotisme coréen, le ton jovial et l’attachement qui se crée avec les personnages, rendent tout ça proprement jouissif. L’humour fait mouche et m’aura par moment fait éclater de rire. Nos quatre compères sont autant complémentaires que singuliers et la tension narrative nous tient en haleine. Jouant évidemment sur des « cliffhangers » qui m’auront fait crier des injures de frustration. Le ton est plutôt violent par moment. Sans être trash, mais assez pour nous faire sentir le danger et ainsi craindre pour la vie de nos héros.

Les larmes coulent aussi, autant de tristesse qu’à cause des moments émouvants. Et il y en a des brouettes. Peut-être même un poil trop, versant souvent dans la sensibilité grasse, avec des scènes guimauves à n’en plus finir. Cet aspect, ainsi que quelques épisodes où il ne se passe pas énormément de choses, sont pour moi les deux seuls aspects qui empêchent le sans faute.

Dans son ensemble, « Demon Catchers » est un pur bonbon à savourer tous les soirs.  Un rendez-vous immanquable, à commencer par le générique que je laissais systématiquement. Quelques minutes d’intro feel-good au possible, qui mettent un patate d’enfer. J’en suis à écouter le morceau en streaming sur mon téléphone, c’est dire…

Pour finir, je citerais le nom d’un des personnages. Je pourrais vous parler de TOUS les personnages car ils sont tous hauts en couleurs et notables. Sauf que si je ne dois parler que d’un seul, ce sera… Ga Mo-Tak. De loin mon personnage préféré, tant par ses maladresses que par son charisme et son humour (souvent malgré lui). Personnage phare qui sait capter l’attention, autant par ses frasques que par les crasses que le destin peut lui faire. Je suis persuadé que celles et ceux qui liront cet article en ayant connaissance du personnage ne pourront que me donner raison.

Ga Mo-Tak
Pour conclure…

Vous l’aurez donc compris, j’ai vraiment aimé « Demon Catchers ». Fraîche, innovante, drôle et touchante, remplie de personnages cool et d’histoires sympas, cette série mérite de rencontrer le succès. Ce n’est pas exclu que je me refasse l’intégrale un de ces quatre. Je ne peux que vous conseiller de vous jeter dessus ! Bon, je pars m’acheter un survêtement rouge et des nouilles ! Et je vous dis salut, ou plutôt « annyeong » !

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *