Mémoires d’Alexandrie : Hérophile

Mémoires d’Alexandrie est une collection de bande dessinée qui nous fait voyager dans le passé pour nous plonger au cœur de la bibliothèque d’Alexandrie. Ce premier tome nous invite à découvrir Hérophile, un jeune médecin controversé. Paru le 16 Septembre 2022 aux éditions Ankama, Chiara Raimondi en est l’auteure.

L’histoire d’Hérophile

Mémoires d’Alexandrie : Hérophile” nous fait découvrir une partie de la vie de ce médecin aux techniques peu orthodoxes. Dès les premières pages, nous voilà plongés au cœur de l’action avec Hérophile, du sang sur les mains, tentant de fuir.

Mais que s’est-il passé ? Hérophile réussira-t-il à s’échapper ?

Passons ces premières pages dramatiques pour revivre l’arrivée de Hérophile et Éristate à Alexandrie.

Les deux compères sont accueillis par les plus grands savants du monde, mathématiciens, philosophes, grammairiens, physiciens, géographes… Mais rapidement, une fracture va se manifester entre les anciens savants et ces deux jeunes arrivants. En effet, les premiers se basent sur les écrits déjà présents ainsi que sur les prières tandis que Hérophile et Éristate, eux, veulent comprendre comment fonctionnent les choses. Ils veulent établir des théories et les appuyer avec des recherches.

Hérophile et Éristate sont déterminés à montrer ce qu’ils savent faire. Pour eux, les prières ne sont pas un remède. Ils vont utiliser des plantes, des onguents, des bandages et d’autres méthodes innovantes pour soigner leurs patients.

Tout se déroulait comme prévu sous le doux soleil d’Egypte. Jusqu’au jour où… Un malade entra dans le cabinet en toussant et suffoquant. Les deux médecins feront tout ce qu’ils pourront pour sauver la vie du malheureux qui décédera dans les bras d’Hérophile. Cette perte marqua profondément le médecin et c’est à cet instant que les choses prirent une tournure bien différente.
Mais je vous laisse découvrir la suite de l’histoire par vous-même.

Parlons dessins

Mémoires d’Alexandrie : Hérophile, graphismes

Chaque planche est particulièrement détaillée, les dessins ont un style un peu rétro qui colle parfaitement avec le sujet. Les thèmes couleurs choisis nous font comprendre facilement les moments de voyage dans le temps.

J’aime vraiment ce côté filtre sépia que l’on retrouve tout au long du livre, ça accentue le côté ancien mais aussi les moments de drame.

Le livre Mémoires d’Alexandrie : Hérophile

La couverture du livre

Mémoires d’Alexandrie : Hérophile, couverture du livre

Sur la couverture du livre, on retrouve au premier plan Hérophile avec des instruments médicaux en main. Cependant, il semble les tenir plus comme des armes que comme des outils. Derrière lui, une flopée de squelettes semblent vouloir le rattraper. Pour finir, on peut voir en arrière-plan la bibliothèque d’Alexandrie en cours de construction.

En haut se trouve le nom de l’auteur, puis le titre de livre. En bas de page, telle une signature, se trouve le nom de la maison d’édition.

Le dos du livre

Mémoires d’Alexandrie : Hérophile, dos du livre

Retournons le livre pour y découvrir le résumé, encadré d’un ornement avec au-dessus la bibliothèque d’Alexandrie et en dessous une multitude de parchemins qui semblent enchevêtrés.

Mais revenons au résumé du livre :

Berceau du savoir de l’Egypte depuis le troisième siècle avant Jésus-Christ, la célèbre bibliothèque d’Alexandrie réunit les écrits les plus importants de son temps. Les têtes pensantes du monde entier, dont le médecin grec Hérophile, sont invitées à la consulter et à l’enrichir de leurs recherches.
Cependant, si Hérophile ne recule devant rien pour faire progresser la médecine, cette quête de la connaissance est vue d’un très mauvais œil par les érudits proches du roi, qui rejettent toute forme de modernité par crainte du courroux des dieux.
Jusqu’où son obsession pour la connaissance le mènera-t-elle ?

Ankama Éditions.

Découvrez notre critique de Elles – Tome 1 et Tome 2 ici !

Caractéristiques du livre « Mémoires d’Alexandrie : Hérophile »

Le livre mesure environ 30 centimètres de haut pour 21 centimètres de large et ne pèse que 500 grammes. Vous l’aurez compris, ce n’est pas une bande dessinée que l’on peut aisément glisser dans son sac pour la lire en salle d’attente. Cependant, elle aura aisément sa place dans votre bibliothèque.

Cette BD fait partie de la collection “Mémoires d’Alexandrie”, et compte au total 48 pages.

En ouvrant le livre, nous découvrons la préface, mais ce qui m’a particulièrement interpellée c’est ce petit encadré en bas de page :

Les protagonistes mis en scène dans Mémoires d’Alexandrie sont des personnages historiques et ont réellement existé. Mais le récit que vous vous apprêtez à lire est fictionnel, ainsi leur vie et les événements de l’Histoire auxquels ils sont liés ont été remaniés et romancés.

Pour conclure…

Mémoire d’Alexandrie : Hérophile” est une bande dessinée qui nous invite au voyage. Nous plongeons littéralement dans l’histoire d’Alexandrie.

J’ai aimé me retrouver au cœur des événements historiques (bien que partiellement fictifs) et j’ai hâte de découvrir d’autres ouvrages de la même collection.

J’ai tellement apprécié l’histoire que j’ai lu cette bande dessinée en moins d’une heure.

Si vous aimez l’histoire avec un grand H, n’hésitez pas, les livres d’Ankama sont en général de véritables pépites, cette bande dessinée ne fait pas exception.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.