The Naked Director

The Naked Director est une série télévisée japonaise. C’est une comédie dramatique semi-biographique, co-dirigée par Masaharu Take et basée sur le roman biographique de Muranishi Toru. La série a été diffusée pour la première fois le 8 août 2019 sur Netflix, incluant les pays francophones. Elle met en vedette Takayuki Yamada, Shinnosuke Mitsushima et Tetsuji Tamayama. Série pour public averti de plus de 18 ans car certaines scènes (beaucoup) comportent du sexe.

Synopsis

“Dans les années 1980 au Japon, sa détermination a transformé chaque revers douloureux en opportunité. Il s’appelait Toru Muranishi, et il a révolutionné son secteur.”

Tout commence en 1980

Notre protagoniste a alors la trentaine, il est marié et père de deux enfants. Toru Muranishi est commercial et vend des encyclopédies en anglais en faisant du porte-à-porte alors que lui-même ne parle que très peu de cette langue. Suite à un coup de pression de son directeur, le voilà à suivre son mentor afin qu’il lui apprenne les ficelles du métier. Voilà chose faite ! Toru devient le meilleur vendeur de sa boîte qui, hélas, fera faillite. Alors qu’il se retrouve sans emploi, il surprend en rentrant à son domicile sa femme en plein ébat avec son amant. Celle-ci le quitte en emmenant les enfants, en lui avouant qu’elle n’avait jamais eu d’orgasme durant toute la durée de leur union.

The Naked Director

Le déclic

Cette révélation va visiblement servir de déclic. Notre protagoniste rencontre un homme dans un bar qui répond au nom de Toshi, alors que ce dernier vient de découvrir qu’il a été cocu. Toshi est un petit vendeur à la sauvette de cassettes audio pornographiques. Il fera découvrir à notre ami les fantasmes de ces hommes en costumes cravates. Le petit business des deux hommes va se mettre en place grâce au bagout de Toru Muranishi et des cassettes de Toshi. À eux deux, ils se décident à assouvir leurs pulsions et se lancent dans la vente de revues érotiques, les “bini bons”.

Une montée en puissance

Le petit business de notre duo prend de l’ampleur mais la réglementation japonaise à ce niveau-là est très stricte. Pas un mm en moins sur les photos (pour cacher les parties intimes) sinon la sanction est forte, ce qui dérange Toru, qui n’a pas dit son dernier mot. Les magazines dit réglementaires plaisent mais Toru rêve de plus, et pour cela, il n’hésite pas à franchir le seuil de l’illégalité concernant ses bini bons. Il commence à faire concurrence au grand nom de l’industrie actuelle, et ce ne sera pas vu d’un bon œil. Le grand patron de ce marché proposera à Toru de racheter son business mais celui-ci refusera et ira même jusqu’à se lancer dans les films “pornographiques”.

The Naked Director

Un metteur en scène qui se met à nu

Le premier film de notre duo suit les limites dirigées par le collectif du cinéma mais Toru n’est pas pleinement satisfait de sa première réalisation.

C’est lors du tournage de son second que tout part en vrille. Les limites sont franchis, la simulation du sexe n’est plus question. Le sexe est présent et surtout il est vrai. Il décide de recruter un directeur d’agence nommé (le beau) Monsieur Kawada. Avec son look de premier de la classe, on ne l’imagine absolument pas être dans l’industrie du porno, et pourtant ! Il devient le pilier et la tête pensante de notre trio. Son calme et ses connaissances du milieu aideront notre duo de base à se dépasser.

Lire aussi  Strangers From Hell

Mais c’est lors de sa rencontre avec la jeune Megumi que Toru prendra la direction mais également la place de l’acteur principal. La jeune Megumi fera prendre une autre dimension au film, elle deviendra vite sa “muse”. C’était sans compter sur la découverte de ce film par la mère de cette jeune femme. À cette époque, Megumi est mineure. Donc pour éviter que la mère de celle-ci ne porte pas plainte, l’intégralité des vidéos sont retirées du marché. Sa muse doit se retirer de ce monde.

Lire aussi notre article : Developper son coté sensuel à deux

Un projet fou

Malgré les difficultés qu’ils rencontrent, l’ensemble du groupe reste solidaire et suit Toru Muranishi dans son projet complètement fou. Ils travaillent tous dur pour réunir suffisamment de fonds pour voir ce projet aboutir. Même si celui-ci ne se déroulera pas comme prévu. Il quitte le Japon pour pouvoir le réaliser (mais je ne vous en dirais pas plus). Sur cette île, ce ne sont pas les mêmes réglementations qu’au Japon. La folie des grandeur de Muranishi se fera sentir. En commençant par l’actrice principale qui n’est autre qu’une ancienne actrice connue (enfin, dans son temps de gloire). Toru tourne l’intégralité de son film qui sera pour lui l’apothéose pour relancer son nom sur le territoire nippon.

Un casting juste parfait

On s’attache à chaque personnage, même ceux qui sont irritants. À chaque épisode, on se demande ce qui va leur arriver. C’est vrai que Toshi, avec son air sympathique et un peu la bonne patte, nous surprendra. Megumi, cette petite fleur fragile, montrera une force que l’on n’imaginait pas. Et le trio de tournage (cadrage, maquilleuse et son) est juste parfait, attachant et attendrissant. J’avoue avoir eu un réel coup de cœur pour le directeur d’agence Monsieur Kadawa ! J’ai été prise de stress à un moment mais son calme et son inventivité m’a séduite. Chacun joue son rôle très très bien.

Concernant la bande son, j’ai entendu dire qu’elle n’était pas terrible et n’avait rien à voir avec la série. Certes, mais moi je l’écoute toujours même après tout ce temps. Donc je vous laisse en déduire ce que j’en pense.

Pour conclure…

Cette forme de documentaire pour parler de la société japonaise dans les années 80 est juste parfaite. J’ai aimé cette série et j’ai hâte de découvrir la saison 2. Oui, il y aura une autre saison. Si vous n’avez pas eu l’occasion de la découvrir, je vous la conseille. En revanche, vous ne trouverez pas de gros plans sur des appareils génitaux. Tout cela a été fait de façon soft. Cela ne retire pas le bon temps passé sur cette série.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer1