Galeux

“Galeux” est un livre écrit par Stephen Grahams Jones, professeur d’anglais natif-américain, auteur de 16 romans et 6 recueils de nouvelles. Il a été publié sous les éditions Pocket et est paru le 7 avril 2022.

Première de couverture de Galeux aux éditions Pocket.

Synopsis

« Mon grand-père était un loup-garou. »Les loups-garous existent-ils ? En tout cas, son grand-père en connaît, des anecdotes et des histoires fantastiques sur eux. Mais lui, l’enfant de dix ans, ne parvient pas encore à savoir s’il s’agit de légendes familiales issues des divagations de son Grandpa ou la réalité. Pourtant, la nature sauvage de son oncle Darren, la protection animale de sa tante Libby et les événements étranges qui les ont jetés sur la route semblent hurler le contraire.À mesure que les années passent, le jeune narrateur anonyme sent que derrière les contes se cache la vérité de sa condition. Alors, pourquoi lui ne se transforme-t-il pas ? Et comment trouver sa place dans cette société américaine qui rejette à la marge les pauvres, les anormaux… les galeux ?

Éditions Pocket

Une autre vision des loups-garous

J’adore les loups-garous. La plupart du temps décrits comme des bêtes extrêmement dangereuses, ils sont les ennemis jurés des vampires. En soi, ils ont plutôt le bon rôle, parfois ils sont même dépeints comme des grands chiens affectifs. Comment les détester ?

Dans cet ouvrage, Stephen Grahams Jones nous donne une toute autre image de ces bêtes fantastiques. Tout d’abord, l’univers dans lequel ils évoluent est tout simplement notre monde, à une époque plus ou moins contemporaine de la nôtre. La plupart du temps sous forme humaine, les loups-garous de Jones vivent à la fois parmi les êtres humains sans spécificité et leur population lupine.

Un pantalon élastique se révèle aussi dangereux qu’une autoroute pour un loup-garou.

Le narrateur

On en apprend beaucoup sur ces bêtes mythiques dans cette œuvre. Leur histoire nous est contée par un narrateur anonyme que l’on suit dès son enfance. C’est donc son point de vue qui est mis en avant, et malgré le contexte familial difficile dans lequel il grandit, ses souvenirs sont emplis de joie et de mélancolie.

Dans Galeux, le loup-garou est un animal sauvage. Sa transformation est douloureuse et compliquée. C’est pourquoi le narrateur nous prévient de prendre toutes les précautions nécessaires avant de se transformer.

Comme porter un jean plutôt qu’un pantalon en stretch ! Autrement, vous courez vers une mort très lente et très éprouvante.

De plus, une fois transformé, l’humain n’a plus l’avantage. Le loup contrôle le corps et l’esprit. Vous pensez comme un animal, vous mangez comme un animal, et vous faites vos besoins comme un animal ! Oubliez vos complexes et vos bonnes manières, dame Nature est douce et ne juge pas ?

Un enfance pas comme les autres

La naissance d’un loup

Le thème de la mort est omniprésent dans Galeux. Tout commence par le récit de la venue au monde du jeune narrateur, qui devrait être une excellente nouvelle. Mais malheureusement, sa mère, morte en couche, n’a pas eu la chance de le voir grandir.

J’ai d’ailleurs été émue lorsque son grand-père lui raconta ce jour. Amenée comme une banale histoire de chien enragé à qui il a dû ôter la vie à coup de marteau, nous pouvons ressentir la tristesse et l’horreur que les témoins et le protagoniste de la scène ont pu vivre. C’est un moment du roman rude et empli de tristesse qui touche à la fois un père qui perd un enfant, une fratrie qui perd sa sœur et enfin un enfant qui n’aura jamais la chance de connaître sa mère.

J’avais un chien, dans le temps…a-t-il alors soufflé, rien que pour moi. […] Nous avions un chien et, il s’est mis dans une sale situation, quelque chose l’a mordu, ça oui, et je n’ai pas eu le choix, j’ai dû…

Le grand-père

Vivre au sein d’une meute

À l’image de son grand-père, le narrateur nous fait part du récit de sa vie en utilisant plein de métaphores. Il revêt différents costumes au fil des chapitres : vampire, journaliste ou encore biologiste. À chaque nouvelle histoire, il tient un nouveau rôle et nous raconte ses anecdotes sur des tons propres aux différents profils. Le journaliste prend des notes et pose des questions très pointues à son oncle Darren, lorsque le vampire cherche du sang à boire pendant Halloween.

Le narrateur n’a jamais connu sa mère. Il a été élevé par son grand-père, son oncle Darren et sa tante Libby. C’est avec eux qu’il a grandi et appris à vivre comme un loup-garou.

Il est très agréable de lire ses aventures, et surtout d’apprendre toutes les anecdotes et mystères autour de ces animaux fantastiques. Nous n’y pensons jamais ou très rarement à travers la plupart des romans et films fantasy, mais être un loup-garou n’est pas chose aisée.

Ils doivent rester invisibles à la société et cacher leur identité. Heureusement pour notre narrateur, il est entouré de son oncle et de sa tante qui sont prêts à tout pour sa sécurité.

Marginaux

Le hibou avait le goût de milles souris mortes.

Le narrateur

Eh oui, quand du sang de loup coule dans nos veines, il est difficile de vivre en communauté sans faire de vague. Alors les familles de loups-garous se cachent et vivent entre eux. Afin de ne pas se faire remarquer, ils évitent de rester au même endroit trop longtemps. Ils trouvent du travail non déclaré et louent des appartements et caravanes décrépis. Le réfrigérateur n’est jamais plein, mais de toute façon, ce qui les intéresse le plus c’est la viande fraîche. Alors, il faut partir à la chasse la nuit et ne pas se faire prendre.

Le menu du soir ? Du hibou fraîchement chassé par Darren ! Eh bien, merci tonton ?

Sang chaud

Les loups-garous ont le sang chaud. Les membres de la famille du narrateur nous le prouvent dans ce roman. Certains ont plus de “self-control” que d’autres, mais finissent toujours par montrer de quel bois ils se chauffent !

Stephen Graham Jones parvient à garder un équilibre étonnant entre une narration reflétant l’innocence d’un enfant et la réalité de son quotidien. Les descriptions des transformations, des combats et de leur chasse sont à la fois d’une réalité horrifique et quelque peu amusante. J’imagine que cette pointe d’humour sert avant tout à adoucir un récit à la réalité très dure.

Mon avis sur Galeux

Dans chaque chapitre se déroule un seul événement, à un moment précis de la vie du narrateur. Il est donc très facile de le lire, chapitre par chapitre, en prenant son temps. Galeux est un roman fantastique différent de ceux que j’ai eu l’habitude de lire. Il y a moins de magie et de fiction, mais le roman reste très agréable à lire. Comme le narrateur, nous souhaitons toujours en apprendre plus sur les loups-garous !

J’ai beaucoup aimé les anecdotes du vieux grand-père touché par la démence. Certains événements de sa vie l’ont tellement marqué qu’il en a créé ses propres versions dans lesquelles il apparaît comme un héros.

Les personnages des deux frères et sœurs m’ont beaucoup plu également. Libby, terre à terre et discrète, endosse son rôle de mère remplaçante avec sérieux. Quant à Darren, sans filtre et bon vivant, il choisit de protéger son neveu en lui apprenant tout ce qu’il sait sur les loups-garous. Et cela pour le plus grand bonheur du dernier louveteau de la meute.

Pour conclure…

Galeux est un roman doux et plein d’innocence, où l’on suit un narrateur anonyme sur les routes du sud de l’Amérique, tout au long de son enfance et de son adolescence.

Il nous conte ces histoires avec honnêteté et simplicité malgré un mode de vie marginal et difficile pour un enfant.

Chapitre après chapitre, nous en apprenons plus sur les loups-garous et les mythes qui les entourent. Et croyez-moi, nous n’avons pas encore tout découvert sur eux !

Stephen Graham Jones nous emporte dans le récit de la vie de personnages marginaux rejetés par la société pour la simple et seule raison que leur sang est différent du commun des mortels.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.