Le 3ème trimestre de grossesse : on en voit le bout !

Enfin ce dernier trimestre tant attendu ! Nos sentiments sont partagés entre joie et doute, mais nous voilà dans la dernière ligne droite. Nous approchons du moment où nous aurons notre petite merveille dans les bras. Tout va-t-il bien se passer ? Vais-je y arriver ?

Encore quelques frayeurs

C’est à 28 SA (environ) que commence notre 7ème mois (donc 6 mois de grossesse) et ce fameux troisième trimestre. Celui-ci sera la plupart du temps plus court que les deux premiers. En effet, à moins d’accoucher à terme, il y a des chances pour que bébé arrive plus tôt. Dans ces cas-là, ce trimestre ne fera donc pas 3 mois. Malgré le fait que cela soit la dernière ligne droite, il subsiste encore des inquiétudes. Nous avons peur pour ce petit être car 28 / 29 SA, c’est tellement tôt pour lui. Une naissance à ce stade et c’est un poids plume d’environ un kilo. Alors on espère et on croise tout ce que l’on peut pour que bébé reste au chaud. Nous avons peur de la fissure et nous regardons très souvent notre culotte. Nous avons peur des contractions qui apparaissent.

Quelques précisions concernant la prématurité

On a vu précédemment que la viabilité des bébés aux yeux du corps médical est à partir de 24 SA. Entre 24 et 27 SA, si bébé arrivait, on parle d’extrême prématurité. À partir des 27 SA et jusqu’au 31 SA révolues, il s’agit de grande prématurité. Après les 32 SA et jusqu’à la 36 SA révolue, bébé sera considéré comme prématuré. Au-delà des 37 SA, plus de prématurité. C’est d’ailleurs ce dernier mois où bébé peut venir en toute sécurité. La prématurité peut avoir des conséquences plus ou moins lourdes, tout dépend des enfants et du stade de la grossesse où ils naissent. Plus bébé arrive tôt, plus le pronostic vital peut être engagé. Il y a également davantage de risques qu’il y ait des conséquences sur le développement de l’enfant lors d’une arrivée si précoce.

Le 3ème trimestre de grossesse : on en voit le bout !

Les paliers

Tout ceci explique donc les inquiétudes de chaque maman à ce stade. Et c’est là qu’on en revient aux paliers. Je vous en avais parlé au premier trimestre, chaque étape que vous passerez sera un réel soulagement. Déjà, on entre dans le 3ème trimestre, on vise ensuite les 30 SA (cap psychologique de la dizaine qui évolue). Les 32 SA sont dans notre ligne de mire avec la sortie de la grande prématurité. Viennent ensuite les 34 puis les 37 SA. En dehors du côté rassurant de se donner des paliers et de les franchir, il y aussi un moyen (pour moi en tout cas) de faire passer ce dernier trimestre plus rapidement. Psychologiquement, en rentrant dans le 3ème trimestre, si vous vous dites “encore 13 semaines”, le temps va vous paraître une éternité. En revanche, grâce aux paliers, j’avance deux semaines par deux semaines. Si dans notre tête, on se dit « mais tiens, il ne reste que deux semaines avant les 30 SA », le temps va nous paraître finalement moins long avec l’impression d’avancer plus vite.

Les examens du 3ème trimestre

Comme chaque trimestre, comme chaque mois, vous devez aller faire un coucou au laboratoire pour votre prise de sang toxo (si vous n’êtes pas immunisée) et pour déposer vos urines. Dans ce petit pot seront dosées les protéines et le sucre. Un bilan habituel en somme. Il peut arriver que l’on vous demande un bilan plus complet comme un bilan hépatique ou un bilan pour vérifier que vous ne faites pas d’anémie. Concernant les RDV médicaux, vous poursuivez chaque mois les consultations chez le gynécologue ou la sage-femme. Un rendez-vous chez l’anesthésiste sera effectué courant du 8ème mois. Vous parlerez alors selon le type d’accouchement que vous aurez du type d’anesthésie dont vous pourrez bénéficier : péridurale pour un accouchement par voie basse, rachianesthésie pour une césarienne. Bon, c’est bien beau tout ça mais je ne vous ai pas encore parlé du meilleur RDV : l’écho du 3ème trimestre.

L’échographie du 3ème trimestre

Aussi appelée écho T3, vous avez compté les jours avant de pouvoir enfin être à ce rendez-vous et voir votre petit bébé. Cette échographie se fait en général entre 21 et 34 SA. C’est normalement la dernière fois que vous verrez votre bébé avant sa naissance (à moins d’être chanceuse et d’avoir une petite échographie aux consultations mensuelles). Cet examen est sensiblement le même que celui de la T2. L’échographe va vérifier à nouveau la morphologie de bébé et voir si tout va bien. Les différentes mesures prises vont permettre d’obtenir une estimation du poids de bébé au moment de l’échographie et de donner une estimation pour la naissance. Selon le poids, il vous sera peut-être proposé une échographie de croissance entre 36 et 38 SA (c’est mon cas et j’en suis ravie, une 4ème échographie !!).

Le 3ème trimestre de grossesse : on en voit le bout !

Voie basse / césarienne

Arrive donc la question des modalités de l’accouchement. L’écho T3 a permis de voir la position de bébé. Et même si notre petit ange peut encore aisément se retourner, sa position aux alentours des 32 SA nous indique comment il est placé et ce qui peut être envisagé.  Une position en siège (fesses en bas) et la question de la césarienne se pose, ou bébé en transverse (il se met dans la largeur de notre utérus) et là c’est une césarienne obligatoire. Selon notre état de santé (pathologies diverses, diabète gestationnel…), il sera alors recommandé voire obligatoire de passer par une césarienne. Un utérus cicatriciel (présence d’une ou plusieurs cicatrices sur l’utérus dues à des césariennes) et la plupart du temps une autre césarienne sera « imposée ».

Le 3ème trimestre de grossesse : on en voit le bout !

La programmation de votre accouchement ?

Ma première grossesse de singleton (je ne fais pas mention de la première, il s’agissait de jumeaux) remonte à plus de 7 ans. À l’époque, on ne parlait pas de déclenchement à tout va. Les choses semblaient se faire plus naturellement. Pourtant, j’avais déjà eu une césarienne et mon 3ème bébé était un gros bébé, dit « macrosome » (estimé à plus de 4 kg à la naissance). J’ai pu accoucher par voie naturelle à terme sans que l’on me parle de déclencher plus tôt. Aujourd’hui, j’ai l’impression que la tendance a changé. Comme beaucoup, je suis sur des groupes de femmes enceintes pour le même terme que moi, nous sommes plusieurs centaines. Et, 1 fois sur 3, on peut lire que l’accouchement sera déclenché vers 38/39 SA, parfois même avant. Les raisons pour cela ? Bien souvent, un bébé prévu à 3,8 / 4 kg à terme. Cela semble aberrant. Certes, je ne suis pas médecin, mais pourquoi depuis ces dernières années le mot déclenchement est dans toutes les bouches ? Pourquoi avoir peur d’un gros bébé ? Les médecins sont pourtant d’accord sur le fait que notre corps « produit » ce qu’il a la capacité de sortir. C’est donc bien que nous sommes capables d’avoir ces « gros bébé ». Si tant est qu’ils soient réellement de gros bébés car, rappelons-le, les échographies sont des estimations et il y a des marges d’erreur.

Petite précision sur les déclenchements. Rappelons que bébé sort quand il le veut bien ou plutôt lorsque notre corps est prêt. Cela peut être à 37 SA comme à 41 SA. Le déclenchement, c’est forcer notre corps et notre bébé à venir à un moment où la nature ne l’avait pas forcément décidé. Il arrive donc souvent que le déclenchement ne fonctionne pas, que le travail n’avance pas ou que bébé ne s’engage pas. Cette situation est douloureuse physiquement et psychologiquement pour la maman et peut être une souffrance pour le bébé. Parfois, cela se finit en césarienne. La propension de césarienne suite à un déclenchement est plus importante que lorsque l’on laisse la nature faire.

Petit aparté, les AVAC

Euh… quoi ? Les AVAC (Accouchement Vaginal Après Césarienne) sont assez répandus. La raison est simple : il y a pas mal de césariennes qui sont pratiquées. Autant la plupart sont nécessaires, autant dans certains cas cela pourrait être évité mais là n’est pas le débat. Aujourd’hui, pouvoir accoucher naturellement après avoir eu une seule césarienne relève parfois du défi. Cela semble étrange que l’on nous mette des bâtons dans les roues. Avoir deux césariennes et la majorité des gynécologues vous diront césarienne obligatoire. L’AVA2C (donc accoucher par voie basse après 2 césariennes) est donc la plupart du temps impossible, un vrai parcours du combattant. Ce qui fait peur, c’est la rupture utérine (une fragilité liée aux cicatrices sur l’utérus). Mais, à l’inverse des déclenchements qui semblent être plus fréquents, les AVA2C commencent à trouver oreille attentive. Certains praticiens reviennent sur les idées de leurs pairs et acceptent le projet de ces femmes (comme moi) qui souhaitent accoucher naturellement malgré deux césariennes à leur actif. Il y a donc de l’espoir pour nous, mesdames, même si la voie basse va dépendre de différents facteurs (la position, le poids de bébé, les raisons des précédentes césariennes).

Les bobos du 3ème trimestre

Pour beaucoup, nous avons connu les nausées et / ou vomissements du 1er trimestre, la fatigue et parfois les malaises. Le deuxième trimestre a été pour certaines un regain de vitalité (personnellement, j’ai perdu la mienne après mon test de grossesse, je la cherche donc encore, si vous la voyez, dites-lui que je la cherche). Mais au troisième trimestre, de nouveaux « bobos » apparaissent. Le poids du ventre se fait sentir et va jouer sur notre forme physique. Les nuits sont plus compliquées. Des douleurs lombaires, le / les nerf(s) sciatique(s) se mêlent à la partie. Les premières contractions apparaissent, souvent sans influence sur notre col. La fatigue qui s’accumule joue sur notre moral et plus la grossesse avance plus nous sommes épuisées. Je ne vous parle même pas des remontées acides, un vrai plaisir. Courage, il ne reste plus beaucoup à supporter. On serre les fesses et on prend sur soi, bientôt notre cadeau sera dans nos bras.

Le 3ème trimestre de grossesse : on en voit le bout !

Les préparatifs

Après l’écho T3, beaucoup d’entre vous vont s’attaquer à finir les divers préparatifs. Il ne reste à ce stade que 2 mois. On fignole la décoration de la chambre, on complète la garde-robe de notre bébé. On lance les machines des vêtements reçus afin de pouvoir les ranger dans l’armoire de notre petit ange. On achète le matériel de puériculture manquant ou on se le fait offrir via notre liste de naissance. Et on prépare le(s) sac(s) pour la maternité. Finir de tout préparer rend l’arrivée de notre bébé encore plus concrète. C’est vraiment la dernière ligne droite, les choses avancent et touchent à leur terme. On a tellement hâte.

Le 3ème trimestre de grossesse : on en voit le bout !

Les vêtements : Quelle saison ?

Vous êtes beaucoup à vous demander quelle taille prendre et surtout comment l’habiller quand bébé arrive en été. Il faut savoir qu’un nouveau-né ne régule pas bien sa température les premiers jours de vie. Alors autant en hiver, pas de problème, il sera forcément habillé chaudement (manches longues, veste, manteau, bonnet), autant l’été la question se pose. Il est recommandé les premiers jours de vie de le vêtir en manches longues, en velours et surtout un bonnet pour éviter les déperditions de chaleur. Après, selon les régions, s’il fait très chaud, vous pouvez le passer en manches courtes et en coton, voire le laisser seulement en body. Vous n’habillerez pas bébé de la même façon que vous habitiez le Sud-Est ou le Nord-Ouest.

Les vêtements : Quelle taille ?

Pour les tailles, cela dépendra du poids et de la taille de bébé. Le taille naissance est recommandé pour les bébés de petit poids (en dessous de 3 kg et cela peut aller aux bébés jusqu’à 3,2 kg). Le 1 mois vaut pour les bébés de 3,3 à 3,8 kg environ. Au-delà, vous pouvez passer au 3 mois, investir dans plus petit serait une perte d’argent. Attention, avec un bébé de 3,7 kg mais qui fait 53 cm, vous pouvez déjà réfléchir à la taille 3 mois (ma fille pesait 3,700 kg pour 53 cm, j’avais essentiellement prévu du 1 mois et un tout petit peu de 3 mois dans la valise maternité. Le 1 mois était déjà un peu serré). Tout ceci est donc très aléatoire et nous avons souvent des surprises (mon 3ème bébé, quant à lui, faisait 4,340 kg et 54 cm, il est donc passé direct au 3 mois, j’ai tenté le 1 mois mais il était engoncé dans les vêtements). Il faut que vous gardiez en tête que bébé grandit très vite donc, à mon avis, il vaut mieux privilégier la taille au-dessus même si c’est un peu grand (il est aisé de retrousser les manches du body ou du pyjama) que d’investir dans une taille que vous ne mettrez que quelques jours.

Préparer ses affaires pour la maternité

À la maternité, vous aurez besoin d’un sac pour la salle de naissance pour bébé et d’affaires pour vous. Vous aurez également besoin d’un sac contenant les affaires de votre petit ange ainsi que les vôtres pour le séjour à la maternité. Pour vous aider un peu, vous pouvez trouver ci-dessous une liste à adapter selon vos envies et à la saison :

  • Pour bébé pour la salle de naissance :
  • Une gigoteuse
  • Une couverture
  • Un body manches longues
  • Un pyjama velours
  • Une paire de chaussette
  • Une brassière
  • Un bonnet
  • Une couche si la maternité ne la fournit pas
  • Pour vous pour la salle de naissance (si voie basse uniquement) :
  • Une chemise ou un t-shirt ample et long manches courtes
  • Une serviette de toilette
  • Un brumisateur
  • Une bouteille d’eau
  • Un chargeur de téléphone (si le travail dure un moment, il va bien falloir s’occuper et faire tenir notre batterie sur le long terme)
  • Les documents administratifs, essentiels que ce soit une voie basse ou une césarienne d’ailleurs (compte rendu du RDV avec l’anesthésiste, tout le dossier médical de la grossesse, carte vitale, carte de mutuelle, livret de famille s’il y a, la reconnaissance anticipée pour les couples non mariés)
  • Pour bébé pour le séjour à la maternité :
  • 6 bodies (si naissance en été au moins 2 en manches longues)
  • 6 pyjamas (si naissance en été au moins 2 en velours)
  • 1 à 2 bonnets
  • 1 à 2 vestes ou brassières
  • 2 à 3 paires de chaussettes
  • 3 à 4 bavoirs
  • 1 à 2 serviettes ou capes de bain
  • 1 gigoteuse
  • 1 paquet de couches
  • Les petites affaires de toilette et de soin de bébé (thermomètre et thermomètre de bain, liniment, carrés de coton, du savon pour son bain adapté à la peau de bébé, une brosse à cheveux)
  • Pour vous pour le séjour à la maternité :
  • 3 tenues de nuit
  • 3 tenues de jour (optez pour du confortable, surtout si césarienne)
  • Prévoir des culottes confortables (soit jetables, soit lavables spécialisées pour les suites après césarienne), au moins 6
  • Affaires de toilette
  • Serviettes de toilette
  • Protections hygiéniques très absorbantes (un paquet)
  • Au moins 3 soutiens-gorges d’allaitement si vous souhaitez allaiter
  • Prévoir de quoi vous occuper (car même si on va « tenter » de se reposer un peu, qu’il y a des passages de sage-femmes et infirmiers ou que bébé demande de l’attention, il y aura des temps morts où vous risquez de regarder les mouches voler)
  • Des petits trucs à grignoter pour le plaisir
Le 3ème trimestre de grossesse : on en voit le bout !

Le dernier mois

Vous voilà arrivées à 37 SA. Ça y est, bébé peut arriver quand il le souhaite. Les affaires sont prêtes, les sacs n’attendent plus que lui. Sa petite chambre a été décorée avec soin. On le sent, l’impatience vous gagne. Il faut dire que physiquement, cela devient compliqué. Porter la vie pendant autant de mois, sur la fin cela devient lourd (dans tous les sens du terme). Vous guettez chaque signe qui pourrait dire « tiens, c’est l’heure d’aller à la maternité, l’heure de rencontrer notre trésor ».  Il y a de plus en plus de contractions, de faux travail (de quoi nous rendre chèvre). Puis finalement arrive le Jour J. Perte des eaux, contractions régulières, travail qui se lance ou tout simplement césarienne programmée ou déclenchement, vous y êtes. LA RENCONTRE.

Pour conclure…

C’est bientôt la fin de cette aventure, une nouvelle débutera à la naissance de notre bébé. Cela peut sembler n’être rien mais tous ces mois passés ont été longs à vivre. Pour certaines, cela aura été une expérience heureuse et sereine. Pour d’autres, cela aura été moins agréable. Mais finalement, nous serons toutes heureuses que cela se termine et que nous puissions rencontrer nos merveilles. J’en suis à 8 mois de grossesse, c’est bientôt mon tour. J’ai tellement hâte de faire la connaissance de ma princesse.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *