Résiliences

Résiliences de BG Decamp est une duologie MM à la thématique singulière qui se déroule en Irlande, à l’époque contemporaine. Les deux histoires sont liées, du fait de l’univers dans lequel évoluent les personnages et des circonstances qui les unissent. Ce sont cependant deux parcours de vie différents qui vous sont proposés par l’auteure dans ces deux tomes. Prêts à découvrir les bases de cet univers ?

Résiliences

SYNOPSIS

Dans le premier tome, assez court, nous suivons les traces de Matthew. C’est un avocat new-yorkais qui se réveille un jour en découvrant combien sa vie est insipide. Cette prise de conscience le pousse à entreprendre un voyage en Irlande, pays qui a une forte résonnance en lui. Entre les landes et les côtes escarpées, Matt revient peu à peu à la vie, aidé en cela par une rencontre qui sonne comme une évidence avec Will, un photographe irlandais qui se trouve être son plus proche voisin. Et tandis qu’une histoire se construit, une autre se défait. Au point de jonction, c’est la leur qui se noue enfin.

Dans le second tome, c’est le récit de Thomas, ami de Will et Matt que nous découvrons. Tandis que le jeune homme se replonge dans son passé, l’histoire tragique du conflit nord-irlandais est tissée en arrière-plan avec toutes les conséquences qu’elle peut avoir sur les existences, même les plus inattendues. Le bonheur n’est pas simple, il n’est jamais acquis. Mais le cœur est résistant et l’âme, résiliente. C’est ce que comprendront les héros de ces deux tomes sur leur chemin de vie.

AVIS

Résiliences de BG Decamp est un roman en trompe l’œil, où les apparences ne sont pas toujours ce qu’elles sont. L’auteure laisse s’installer son lecteur dans une histoire somme toute banale jusqu’à ce ces vies simples et tranquilles basculent parfois dans ce qu’il y a de plus sordide, en un claquement de doigts. C’est rapide et inattendu. C’est douloureux et dévastateur. Mais ce n’est pas sans espoir.

Le thème de la Résilience, qui donne son titre à cette duologie, est abordé sous le prisme de la violence : violence contre l’homme, violence idéologique, violence gratuite… Ce n’est pourtant pas la brutalité du monde que l’on retient, ou juste un peu. Non, ce qui demeure à la lecture de ces deux livres, c’est comment l’individu peut continuer d’exister après un tel chaos ? Qu’advient-il des victimes co-latérales de cette violence ? Comment survit-on à l’indicible ? Ce sont autant de questions que se pose BG Decamp dans cette duologie. Le paysage irlandais n’est pas choisi par hasard. Il joue son rôle pour accompagner ces hommes dans leur destinée, les enveloppant de sa magie et de ses mystères comme pour les garder à l’abri. C’est une terre qui a survécu aux assauts du vent et de la pluie, qui en porte les stigmates sur ses falaises déchiquetées et c’est ce qui en fait aussi toute sa beauté. Il ne pouvait y avoir d’autre cadre pour symboliser une autre forme de résistance, celle qui touche à l’immortalité.

Pour conclure…

Dans cette duologie Résiliences, l’auteure laisse entendre que parfois, l’amour transcende tout et qu’il permet de supporter mille et une souffrances. Peut-être est-ce vrai ? Peut-être n’est-ce qu’une utopie ? Mais juste un instant, le temps d’une lecture, il est doux de redevenir comme un enfant se laissant bercer par un conte qui nous laisse à penser que tout est définitivement possible.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer