Banana Sioule T.1 – Helena

Banana Sioule T.1 - Helena | Michaël Sanlaville | Kit Presse Couverture - Glénat

“Banana Sioule” est le tout nouvel ouvrage de Michaël Sanlaville, co-auteur de Lastman. Cette nouvelle BD est disponible depuis le 02 mars 2022, en format broché mais aussi au format numérique, aux éditions Glénat. Je vais vous donner mon avis sur cette BD pleine de punch !

Synopsis

Première règle de la sioule : il n’y a pas de règles.

La sioule. De toutes les disciplines internationales, c’est la plus violente, la plus dangereuse… mais aussi la plus médiatique. Ce cocktail brutal de rugby et de dodgeball fidélise des millions de téléspectateurs à chaque match et les réseaux sociaux s’enflamment pour les joueurs qui sont des stars internationales.

Du fin fond de sa campagne, Hélèna est bien loin de s’intéresser à toute cette folie. Lorsqu’elle n’aide pas son père à la ferme familiale, elle part camper en bord de mer avec ses amis. La vie est paisible ici. Couper du bois, s’occuper des vaches blessées, les séances de baignade avec Manille et les autres… Voilà le quotidien d’Héléna qui aime ce pays dans lequel elle a grandi… Mais son père rêve d’un autre destin pour elle : il n’est pas question qu’elle passe sa vie à nettoyer la bouse ! Un jour qu’elle prend l’air près de la falaise, une balle en cuir égarée déclenche en elle quelque chose de neuf. Quelques coups d’épaules plus tard, c’est la révélation…. et si son avenir était à l’École Supérieure de Sioule ?

Rien n’est gagné. Pour se faire une place dans ce milieu ultra-testostéroné il va falloir jouer des coudes… ou des phalanges ! Michaël Sanlaville (Lastman) écrit sa lettre d’amour au shônen avec cette nouvelle série sportive et détonante !

Glénat

Un petit mot sur Michaël Sanlaville, un frugivore mais aussi auteur de Banana Sioule

Michaël Sanlaville se révèle au grand public en 2008 avec Hollywood Jan (Casterman) qu’il coréalise avec Bastien Vivès. Il livre ensuite ses premières œuvres en solo, Rocher Rouge et Le Fléau Vert pour le label KSTR de Casterman, dans lesquels il développe son univers inspiré du cinéma populaire américain et des mangas. Fort de leur première collaboration, il retrouve Vivès et Balak pour créer la série événement Lastman, primée en 2015 au Festival d’Angoulême et adaptée en dessin animé l’année suivante. Depuis 2018, il adapte – toujours chez Casterman – Les enquêtes de San-Antonio, le célèbre commissaire de Frédéric Dard. Avec Banana Sioule, il renoue avec sa passion du manga et signe sa première série aux éditions Glénat. Réside en région lyonnaise.

Glénat

L’adolescence, synonyme de choix mais aussi de conflits…

Helena, notre jeune héroïne, est un peu en froid avec son papa, qui rêve de voir sa petite fille s’épanouir ailleurs que dans la ferme familiale. Cependant, à l’adolescence, on est un peu en mode “rebelle”. On se cherche, et ce n’est pas facile tous les jours. D’autant plus quand on nous demande de choisir notre avenir, alors que pour la plupart, nous n’en savons rien… Et même des années plus tard, des fois on ne sait toujours pas ce que l’on veut !

Lire aussi  Looking for Banksy : La Légende du Street Art

Si je peux comprendre un peu ce que traverse Helena avec son paternel, j’ai été très surprise sur la matérialisation du conflit entre les deux personnages. Je réfléchis encore sur le sens de son interprétation. Est-ce que c’est pour justement faire écho à l’environnement très brutal des terrains de Sioule, ou est-ce que cela cache autre chose ? Quoi qu’il en soit, le père et la fille se ressemblent énormément mais n’arrivent pas à communiquer. Assez classique comme situation, et j’ai hâte de voir comment leur situation va évoluer !

La Sioule, un jeu violent et mixte

Aujourd’hui, dans la majorité des sports, les compétitions sont séparées en fonction du sexe des joueurs. Que ce soit le football, le rugby, le volley… Cependant, nos mœurs et nos mentalités ont évolué et nous ne sommes plus cantonnés au “féminin / masculin”. Comment faire alors pour que les sports restent équilibrés mais en même temps permettent plus d’inclusion pour l’ensemble des pratiquants ?

Avec Banana Sioule, même si le personnage central est une fille, je trouve que cela porte un beau message : peu importe l’étiquette qu’on t’attribue, aime-toi, et fais ce que tu as envie et qui te plait ! On est encore loin de l’équité homme-femme dans bien des domaines, mais on avance tous les jours sur le sujet.

Banana Sioule T.1 - Helena | Michaël Sanlaville | Kit presse Dos - Glénat

Mon avis sur Banana Sioule

Je me suis assez vite identifiée à Helena. Notamment par le fait qu’elle exerce un “métier” dit “masculin”, et qu’elle va étudier dans un environnement “masculin”. L’informatique, c’est un peu pareil ! Même si là aussi ce domaine tend à se “féminiser”. Helena montre que l’apparence importe peu dans certains milieux, on atteint la reconnaissance via les compétences. J’espère qu’elle pourra maintenir son équilibre entre ses études et ses amis, qui sont très clairement une seconde famille pour elle. En tout cas, j’ai hâte de lire la suite de ses aventures ! Ce premier tome m’a plu, tant par l’histoire que par le style de dessin.

D’ailleurs, en parlant de celui-ci, tel un manga, la bande dessinée est intégralement en noir et blanc. L’ouvrage ressemble à une bande dessinée japonaise mais en un peu plus volumineux et se lit à la “française” (de gauche à droite).

Pour conclure…

Banana Sioule T1 est disponible aux Éditions Glénat en format broché (12,50€) mais aussi en format numérique. Si vous habitez Pau et Bordeaux, l’auteur sera en dédicace le 22 avril 2022 à Pau, et le 23 avril à Bordeaux. Toutes les informations sont disponibles sur le site de Glénat Editions. Et moi, je vous dis à bientôt pour un prochain article !

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *