Black Board

Depuis le 24 juin dernier est édité chez Omaké Manga “Black Board”, un shōnen sorti de l’imagination de Fuyuki Izumida. À l’occasion de la sortie du troisième tome (le 20 janvier 2022) qui vient clôturer l’histoire en apothéose, il me paraissait évident de vous parler de ce manga aussi violent que déjanté. Vous êtes prêts ? Alors vous n’avez qu’à suivre les traînées de sang…

A History of Violence

Le Black Board est un panneau d’annonces de plus d’un kilomètre sur lequel sont affichées des milliers d’offres d’emplois. Des plus anodines aux plus sombres… Mais comment réagir quand sur une annonce, on découvre que quelqu’un offre de l’argent pour vous assassiner ?

Omaké Manga
Welcome to "Black Board"

C’est sur ce postulat de base que commence Black Board. Rien à voir avec une série basée sur le milieu scolaire donc, malgré ce que le titre laissait présager. Et ce même si l’héroïne de cette fiction s’avère être une adolescente. Mais reprenons depuis le début ! L’action prend place dans la ville fictive de Jackpot, dont le symbole est un gigantesque mur noir sur lequel sont affichées des milliers d’annonces. Ces ​​« petits boulots » vont de la tâche la plus innocente jusqu’à la demande de meurtre. C’est dans cet environnement pour le moins hostile que survit Tama, une jeune voleuse. Tout allait relativement bien dans sa petite vie, jusqu’à ce qu’elle se retrouve la cible d’une demande de kidnapping affichée sur le Black Board. En fuite, elle fait la connaissance de Basco, homme taciturne et muet mais doté de bonnes compétences de combat, dont elle va faire son garde du corps. Les voilà désormais liés pour le meilleur, mais surtout pour le pire, car il s’avère que Tama cache un secret. Un secret à cause duquel beaucoup de monde est à ses trousses, y compris un tueur légendaire nommé Vincent, ou ​​« V ». Va alors commencer une cohabitation entre ces deux êtres que tout oppose et qui vont devoir apprendre à se faire confiance. Pour cela, Tama devra trouver la réponse à plusieurs questions : Pourquoi ses parents ont-ils été assassinés et qui en est l’instigateur ? Où se trouve Vincent ? Et surtout, qui est vraiment Basco ? Car elle le sent, son mutique bodyguard n’est pas qu’un simple homme de main…

Tama est l'héroïne de "Black Board"

V pour Vendetta

Basco poursuit ses propres buts dans "Black Board"

Black board est la première œuvre et le premier succès de Fuyuki Izumida prépublié dans le magazine de Square-Enix, Shōnen Gangan. Et par certains côtés, cela se ressent un peu. L’histoire rappelle étrangement les films Léon et La Vengeance dans la peau. Les événements s’enchaînent très (trop) vite et on aurait bien aimé pouvoir approfondir plus avant la relation (ambiguë) entre nos deux héros obnubilés par leur quête de rédemption et de revanche. Les protagonistes évoluant autour du duo sont également intéressants mais le manga manque de temps pour introduire plus de renseignements à leur sujet. Pareil pour Trump, le clan se trouvant au centre de toutes les affaires louches de Jackpot. Développer un peu plus profondément son organisation, son mode de recrutement et son background aurait été un vrai plus. Malgré tout, les principales informations sont là et le scénario est assez clair pour que le lecteur se fasse une bonne idée des tenants et des aboutissants régissant tout ce petit monde. L’intrigue est menée tambour battant, servie par des dessins nerveux et des scènes d’action spectaculaires. Le ton est assez cru et la violence parfois gratuite, mais cela sert le propos. Surtout, on s’attache beaucoup à nos deux écorchés vif et on les suit avec bonheur tout au long de leurs aventures.

Nos deux Héros vont devoir s'allier dans "Black Board"

J’aime le son du gun le soir au fond des bois

Révélation de l'identité de Tama dans "Black Board"

Dès le départ, le synopsis de cette série m’a attiré. Et après lecture, j’ai pu confirmer mon impression. Je me suis retrouvée avec un excellent shōnen entre les mains. Pas le plus original c’est vrai, mais avec un duo de héros auquel on s’attache très facilement et que l’on soutient inconditionnellement dans leur croisade pour botter des fesses. L’esthétique générale est agréable, bien qu’un peu générique (ce n’est qu’une question de temps avant que l’auteur ne trouve sa « patte ») et les mimiques des protagonistes, ainsi que leurs maladresses, m’ont souvent fait rire. Les scènes de combat sont également très bien dessinées et restent lisibles, ce qui n’est pas toujours le cas dans les œuvres du genre. Enfin, la violence et les dialogues sont assez crus, mais ils renforcent le sentiment de danger et d’oppression que ressent tout habitant de la ville de Jackpot. Ce sentiment que l’on peut mourir à chaque seconde en tournant au coin d’une rue, comme ça, sans raison. Au final, il faut le reconnaître, le plus gros défaut de cette mini-série… C’est qu’elle a un goût de trop peu ! J’aurais adoré en savoir plus sur l’univers, les personnages et leurs histoires, Trump et son énigmatique chef Joker, ce que deviennent nos héros et leurs amis après le mot ​​« Fin »… Quelques tomes de plus, afin d’étoffer l’histoire et lui donner la profondeur que l’on sent esquissée, m’auraient comblé ! Il ne me reste plus qu’à espérer que l’auteur n’en ait pas encore fini avec Tama et Basco.

Le lieu de l'action est la ville de Jackpot dans "Black Board"

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *