« Ce que la mort m’a dit… » Les incroyables confessions d’un embaumeur

Écrit par Olivier Emphoux, qui exerce le métier d’embaumeur, il nous confie dans cet ouvrage les différentes manifestations auxquelles il a pu assister tout au long de sa carrière. Que ce soit en France ou à l’étranger, la mort, nous y sommes tous un jour ou l’autre confrontés. Cependant, nous n’avons pas la même sensibilité et réaction face à l’épreuve du deuil. Publié aux Editions de l’Opportun, et disponible au format poche depuis le 09 février 2022, c’est le second ouvrage de l’auteur.

Synopsis

« J’ai gardé le silence sur ces manifestations de nombreuses années ; c’était mon jardin secret. Je me décide aujourd’hui à vous livrer des situations qui, pour vous, relèvent de phénomènes étranges. Moi, j’y suis habitué. »

Olivier Emphoux

Avant même sa naissance, Olivier Emphoux s’est trouvé confronté à la mort. Cette expérience de mort imminente (EMI) a façonné sa destinée : témoin de nombreuses manifestations paranormales depuis son plus jeune âge, il entame un cheminement spirituel et voue sa vie à l’accompagnement des défunts dans l’au-delà, en devenant embaumeur.

« J’ai touché de près la mort, je vois ce que tu ne vois pas. »

Apparitions de défunts, lévitation de corps, voyage astral, phénomènes inexpliqués… Son témoignage est exceptionnel. Impossible d’y rester insensible. Olivier Emphoux nous confie dans le détail toutes ces expériences hors du commun qu’il a pu vivre, au contact de la mort.

Olivier Emphoux est également l’auteur, aux Éditions de l’Opportun, d’Aux portes de l’inconnu.

Editions de l’Opportun

Le métier d’embaumeur : qu’est ce que c’est ?

Connu aussi sous le nom de thanatopracteurs, ce métier existe depuis des siècles et consiste à préserver le corps des défunts de la décomposition afin que les proches puissent en garder une dernière image avant la mise en bière. Le mot « thanatopraxie » vient du mélange entre “Thanatos”, qui était le dieu des morts dans la Grèce antique, et “praxein” qui désigne effectuer une opération manuelle (au sens chirurgical du terme).

La première technique d’embaumement a été la momification, qu’on retrouve notamment en Egypte antique. Puis, ce sont les médecins qui ont repris la relève par la suite avant que ce métier en soit un à part entière. Mais celui-ci nécessite tout de même des études de médecine et une certaine sensibilité à la mort. Tout le monde ne peut pas exercer ce métier, car il faut avoir le cœur et l’âme bien accrochés.

Olivier Emphoux, une longue carrière au sein des services funéraires

L’auteur a consacré une bonne partie de sa vie à s’occuper des défunts, que ce soit en France ou à l’étranger. Cependant, il a voulu consacrer sa carrière à ceux dont les causes du décès sont dues à des catastrophes naturelles (tsunami, typhon…) ou encore des accidents (ex: le crash du 24 mars 2015 de l’avion A320 de la compagnie Germanwings). Les défunts plus “classiques” ne nécessitant pas autant de travail et d’accompagnement, même s’il est important d’accompagner tout défunt.

Mon avis sur les confessions de cet embaumeur

Le récit est plutôt bien structuré au niveau temporel : Olivier commence par sa naissance un peu particulière, puis son enfance dans le sud de la France chez ses parents. Enfin, il nous parle de ses études et notamment de son parcours à l’étranger, sur des missions de plus grandes envergures. Par contre, j’ai eu un peu de mal à le suivre à travers la soixantaine de récits et anecdotes décrites au niveau espace. Un coup il est en France, puis ensuite à l’autre bout de la planète, puis à nouveau en France, pour ensuite repartir à l’autre bout du monde… Néanmoins, chaque témoignage est unique.

Dans ce métier, il faut avoir le cœur accroché, surtout quand cela touche des enfants. Mais aussi car certaines anecdotes sont parfois agrémentées de détails “sanglants”. Parfois cela relève de la spiritualité ou encore du mystique. Mon esprit cartésien a eu un peu de mal à croire ce qu’il lisait sur certains passages.

En lisant cet ouvrage, j’ai néanmoins repensé à une série que j’ai regardée il y a fort longtemps : Medium. C’était une mère de famille lambda qui avait des visions de meurtres et qui, par la suite, a mis son sixième sens au service des forces de l’ordre pour résoudre des enquêtes et empêcher d’autres atrocités. Olivier Emphoux porte parfois ce titre car, comme il l’évoque, il est plus sensible que la plupart d’entre nous par rapport à ce qui touche à la mort.

Pour conclure…

Incroyables, oui ces anecdotes le sont. Et parfois tellement que comme, je vous disais j’ai eu du mal à croire ce que je lisais. Néanmoins, c’est un bel ouvrage qui permet de voir que même après la vie, l’humanité continue. Et qui sait ce qui nous attend de l’autre côté… Vous pourrez retrouver ce livre aux Editions de l’Opportun au prix de 12,90€. Et sur ce, je vous dis à la semaine prochaine pour un prochain article un peu plus joyeux cette fois-ci.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.