Articles a la une

Derniers commentaires
blogging

Le CyberHarcèlement : Une dure réalité

En ce moment, les témoignages de jeunes filles harcelées sont de plus en plus fréquents chaque jour. Après un énième témoignage cette semaine, j’ai décidé de prendre ma plume pour vous parler de mon vécu, ainsi que ceux des filles de la rédaction. Vous vous en doutez, nous avons déjà eux des cas de cyberharcèlement. Pour commencer avec moi, il y a deux cas concrets : la personne se fait avoir et l’on abuse d’elle soit sexuellement ou en lui demandant des choses pas correctes, et après le harcèlement permanent d’une personne par un autre contre son grès.

Peut-être que c’est encore vague pour vous, mais on va aborder les deux points.

le CyberHarcelement : Une dure réalité

Définition

Le cyberharcèlement (cyberintimidation ou cyberbullying en anglais) est une forme de harcèlement conduite par divers canaux numériques.

Il peut prendre différentes formes, comme la création de faux profils, la diffusion de rumeurs infondées ou encore l’envoi de messages d’insultes. Le cyberharcèlement et le harcèlement traditionnel ont de nombreux points communs. Seule la forme change, puisqu’il s’agit d’agressions répétées sur le long terme envers un individu dans le but de nuire à celui-ci mais diffusées par des moyens de communication numériques. Seulement, avec les réseaux sociaux, les informations sont plus facilement conservées et peuvent se propager rapidement à un large nombre d’internautes connus ou non de la victime. L’anonymat et l’absence de face-à-face sont des caractéristiques propres au cyberharcèlement, mettant en évidence les dangers d’Internet, où chaque internaute ayant laissé des traces sur Internet peut devenir victime de ce phénomène.

1 – les abus des Youtubeurs ou streamers et autres vedettes

Avec l’apparition du hastag #balancetonyoutubeur ou #balancetonporc, c’est une vraie chasse aux sorcières qui s’est lancée. Il est dommage de devoir mettre cela en avant pour s’en sortir. Je regrette que l’on doive en venir à cela pour que des jeunes filles ou jeunes hommes (je pense que certains jeunes hommes doivent être abusés) doivent en arriver là pour s’en sortir. Il est vrai qu’à l’heure actuelle, la police ne fait strictement rien. Ils ne sont pas encore prêts à affronter ces problèmes, mais avec beaucoup de preuves, un dépôt de plainte peut être fait.

le CyberHarcelement : Une dure réalité

Je voudrais en revenir à ces petits soucis que certaines « célébrités » ont avec les personnes qui peuvent être influençables. Il est vrai que les paillettes attirent toujours, mais vous, les jeunes filles, vous dénoncez des messages qui sont un peu déplacés et des demandes cheloues (vos seins ou autres). Pour être passée par là, j’ai eu une alarme qui s’est enclenchée dans mon cerveau… un service ne se négocie pas contre rémunération sexuelle. Sachez dire NON, mais surtout couper court à la conversation.

Que cela soit le plus gros streameur ou un chanteur vedette, ne cédez pas à cet affreux chantage (je t’aimerais plus si tu ne m’envoies pas cela), c’est aussi valable pour les relations IRL. En fin de compte, c’est la même chose, mais sur un support différent. Je ne dis pas que ce qu’ils font est bien, c’est même très très mal. Je parle vraiment d’un point de vue de fille, je ne peux pas parler d’autre chose. Il est très dur de se rendre compte que l’on s’est fait abuser lorsqu’on est amoureuse et surtout tout faire pour réussir le plan que l’on a mis en place dans sa tête. Pour être une fille un peu tenace, je peux vous dire que j’en ai fait de belles bêtises pour ne pas dire un autre mot. Je me suis moi aussi fait avoir et j’ai eu du mal à remonter la pente. Première chose, quand une personne comme cela vous parle de sexe (et que vous soyez mineur ou majeur), stoppez la conversation ou dites clairement que vous n’êtes pas intéressé.

Ce que je remarque le plus souvent, c’est qu’un NON n’est jamais réellement prononcé de notre part.

le CyberHarcelement : Une dure réalité

N’ayez pas peur de le dire si cette personne s’intéresse vraiment à vous, car elle n’arrêtera pas ses échanges avec vous, mais elle sera prévenue de votre avis.

Pour vous aussi, les jeunes filles, vous devez être clair et ne pas faire les allumeuses pour avoir un cadeau, car oui, je remarque que pas mal de ces filles ne disent pas qu’elles sont avec un garçon pour recevoir plus de cadeaux et dragouille des mecs. Respectez-vous et respectez les personnes en face, car malheureusement, si la conversation a dérapé, c’est qu’à un moment, vous avez laissé une porte ouverte ! Je le redis, il faut être clair et dire NON. Vous, les hommes, arrêtez d’offrir des cadeaux à des nanas inconnues pour bien vous faire voir. Si vous le faites, n’attendez pas en retour une faveur autre qu’un remerciement comme avec un ami ou une connaissance.

2- Le Harcèlement

Ici, la différence avec le cas d’avant est qu’une personne extérieure vous harcèle en permanence. Cela se traduit avec des appels incessants. Des poursuites sur tous les réseaux sociaux possibles, des messages d’amour ou autre, allant jusqu’à se rendre au domicile de la victime et de la suivre dans ses moindres mouvements. Vous avez peut-être suivi l’histoire de notre ami Kayane qui a subi ce harcèlement. Pour moi, c’est vraiment quelque chose d’affreux pour les victimes. Malheureusement, là aussi, il est très difficile de faire stopper cela par une procédure juridique. Encore une fois, la justice n’arrive pas à nous aider. Beaucoup de victimes n’en peuvent plus.

le CyberHarcelement : Une dure réalité

Appeler 50 fois par jour sur leur téléphone, être harcelé de messages sur les réseaux sociaux, créer en permanence de faux comptes pour arriver à vous joindre. La solution n’est pas d’arrêter les réseaux sociaux ou de changer de numéro de téléphone, car on va vous dire cela dans un poste de police : fermez vos comptes, vous ne serez plus harcelé. Je peux vous dire que d’expérience, quand on en arrive là, la personne trouve votre adresse. Chaque jour, vous avez peur pour vous. Que va-t-il trouver aujourd’hui ? Quels messages salaces ou autres vais-je avoir ? On en devient parano, on ne mange plus, on a peur et personne pour nous aider. Alors, on peut toujours dénoncer en ligne, mais en fin de compte, les gens vont nous dire que c’est notre faute, car on s’expose. On met des photos de nous sur Instagram ou encore sur Facebook, etc. Donc pour eux, on l’a cherché. Voici la réponse des gens tant que cela ne les touche pas. Il est facile de dire cela, mais lorsqu’on éteint tout, on a toujours peur. On a peur du coup de fil, on a peur d’un coup sur la porte, on a peur de recevoir des lettres par la poste… On nous aidera que lorsqu’il aura vraiment une agression physique. Voici à quoi l’on en est réduit, devoir être frappé pour que la justice nous vienne en aide.

le CyberHarcelement : Une dure réalité

Que faire en cas pour vous aider ?

Voici quoi faire légalement pour vous faire rendre justice en cas de cyberharcèlement :

  • Collecter des preuves (ex : captures d’écran des propos tenus)
  • Porter plainte à la gendarmerie ou au poste de police, si le cas est plus grave.
  • Parler de la situation à des personnes de confiance, ne surtout pas se replier sur soi-même et rester seul à supporter le poids du traumatisme subi.

Pour les mineurs, des moyens supplémentaires ont été mis en place. Ils ont notamment la possibilité de joindre un numéro : le 3020, aussi ouvert aux témoins et aux parents pour obtenir des ressources face au harcèlement. Pour le harcèlement numérique, le 0800 200 000.

En France, pour répondre aux événements tragiques liés aux cyberharcèlement, un nouvel article a été ajouté dans la loi sur le harcèlement et prend désormais en compte le harcèlement avec utilisation des outils numériques. Cela est développé dans le quatrième point de l, article 222-33-2-2 du Code pénal, qui prévoit une plus grande sévérité : 2 ans d’emprisonnement et jusqu’à 30 000  d’amende.

Pour conclure ce beau pavé que je viens de faire. Que cela soit IRL ou en ligne, de plus en plus de comportements déviants se sont mis en place. Peut-être que les dénonciations se font plus régulières, mais je suis toujours outrée de voir des screenshots de jeunes filles où l’on voit des hommes abuser de leur statut. Ou encore d’entendre dire que j’ai des amies qui sont harcelées et qui sont prêtes à se suicider pour pouvoir être libérées de ce fardeau. En arrivée là, c’est très grave.

Monsieur, prenez conscience que vous êtes mal élevé et que vous ne respectez rien, ni vous, ni les femmes ! Internet ne vous permet pas d’abuser de jeunes femmes crédules ou de poursuivre en permanence certaines femmes, car vous pensez qu’elle vous aime. Je le rappelle, si elle ne répond pas au téléphone au bout de trois coups de fil, c’est qu’elle ne souhaite pas vous parler, stopper tout… et ne l’insulter pas non plus, car avec un refus, on devient de suite une “sa….” ou pire encore. Pansez vos déceptions et apprenez à respecter les femmes ou les hommes. Soyez honnête avec vous-même et arrêtez quand on vous dit NON ou STOP.

Je terminerai cet article par une chose : les filles, dites clairement les choses et les hommes, respectez les décisions en face. Je pense aussi que je risque de me faire lyncher, tant pis, j’ai mis mon avis sur papier et il m’est propre. J’aimerais aussi partager votre expérience et si vous avez envie de parler avec moi de votre problème ou d’une situation, le blog est là pour vous les filles ! Faites-nous-en part.

3 reponses à “Le CyberHarcèlement : Une dure réalité

  1. Un article nécessaire qui dénonce une réalité trop peu résolu dans notre société, il est vraiment triste que des femmes / hommes pensent au suicide à cause d’autres humains qui n’ont pas les neurones connectés aux bons endroits.

    Courage à vous tous et toutes, ne vous enfermez pas, vous êtes nombreux-ses, vous avoir l’impression d’être seul parce que vous êtes pour la plupart silencieux. Faites vous entendre, dénoncez, respirez.

  2. Article nécessaire pour rappeler un fléau qui nous touche toutes à un moment donné, qu’il s’agisse d’une simple remarque misogyne au harcèlement répété voire pire. Je vais de ce pas le partager sur Twitter. Merci Arocaria pour tes mots si justes et les ressources en fin d’article, d’autant plus qu’on ne sait pas trop comment réagir face à ce genre de situations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *