I AM NOT STARFIRE

I am not Starfire, édité par DC Comics dans la collection Urban Link, est un roman graphique écrit par Mariko Tamaki et illustré par Yoshi Yoshitani.

Synopsis

Si Starfire est grande, belle, brillante et héroïque, sa fille âgée de 17 ans n’est pas du tout comme elle. Mandy se teint les cheveux en noirs, déteste tout le monde sauf son meilleur ami et sa charmante camarade de classe Claire, et surtout elle n’a pas de pouvoirs. Et depuis qu’elle s’est enfuie de son test d’admission à l’université, les problèmes s’enchaînent… Aussi, lorsque quelqu’un du passé de Starfire refait surface, Mandy doit faire un choix : abandonner avant même que le combat n’ait commencé ou faire un pas en terrain inconnu et tout risquer pour sauver sa mère.

éditions Urban Comics

L’adolescence, ce fléau

Page double du roman graphique I am not Starfire où Mandy et Starfire se fixent, en colère

Starfire, membre des Teen Titans de l’univers DC Comics a eu une fille : Mandy. Mère célibataire, elle s’est occupée de Mandy seule dès sa naissance malgré son emploi du temps chargé de superhéroïne.

Mais qui est donc le père ? Spoiler alert : je blague, personne ne le sait !

Mandy, 17 ans, vit très mal la célébrité de sa mère. Née sans pouvoirs, elle a toujours vécu dans l’ombre de sa mère, l’une des fondatrices des Titans. À l’école, son quotidien n’est que trahisons et mensonges. Ses camarades de classe se servaient d’elle afin de se rapprocher de l’équipe de super-héros. C’est ainsi qu’elle perdit foi en l’humanité et commença à se renfermer sur elle-même.
Je ne vais pas vous mentir que certains traits de Mandy ont fait écho à la Macabre de 17 ans que j’étais (sans la mère alien).
Vêtue de noir, enfermée dans ma chambre la plupart du temps, casque aux oreilles ou à jouer à la gameboy (chacun sa génération !). L’une de ces gamines qu’on mettait souvent dans la case “bizarre”.

Présentation de Mandy l'anti starfire

Je dirai que c’est ce qui fait un des charmes de ce comics. Bien que l’environnement super-héros / super-pouvoirs soit omniprésent, les personnages restent des êtres humains (quasiment tous) ordinaires.
I am not Starfire parle d’une ado, enfant de superstar en pleine crise d’adolescence. Peut-être que pour vous c’est banal et déjà vu, néanmoins, tous les enfants n’ont pas une mère alien originaire de la planète Tamaran !

Duo d’autrices qualitatif

I am not Starfire a été écrit par Makiro Tamaki, scénariste et artiste canadienne dont l’un de ses ouvrages a été sélectionné lors du 42ème festival de la BD d’Angoulême et récompensé par l’Eisner Award.
Inspirée par les événements de sa vie personnelle, elle a pour habitude de retranscrire un peu de son expérience dans ses récits.

Mandy, triste, assise au sol recroquevillée, la tête dans les bras

Mandy est pour moi un personnage qui reflète la réalité. Ce n’est absolument pas un cliché exagéré pour nous faire ressentir de l’empathie forcée.

L’illustratrice, Yoshi Yoshitani, nous offre dans ce roman graphique des dessins de qualité réalisés avec une palette de couleurs pastel, du bonheur pour les yeux.

Planche très colorée de la BD I am not Starfire, montrant starfire en plein combat dans l'espace, accompagnée de ses accolytes, les teens titans
crédits DC Comics

Le style de Yoshi est unique et remarquable. Nous distinguons bien le travail des couleurs associées à chaque protagoniste et à chaque ambiance. Les traits des personnages et leur aspect cartoon nous facilitent la lecture et transmettent un sentiment de légèreté en opposition au thème plus ténébreux du récit.

Brisons les codes (ou presque)

À la lecture de I am not Starfire, j’ai tout de suite compris que l’on ne mettrait pas à l’honneur la famille des Teen Titans. Nightwing, Beast Boy, Cyborg et Raven ne font qu’apparaître sur très peu de planches et Starfire, quant à elle, n’est jamais mise au premier plan.
Malgré cela, nous notons que les autrices de cette BD ont conservé les codes qui définissent ces super-héros, notamment pour le personnage de Starfire.

Seizième anniversaire de Mandy, à table entourée de sa mère et des Teen Titans
source Instagram @marikotamaki

Starfire est une alien originaire de la planète Tamaran. Elle tire ses pouvoirs des rayons UV du Soleil. Cela explique pourquoi elle porte constamment des tenues très légères. Mais en soi, le personnage de Starfire (première apparition dans les années 80) est l’archétype de la femme hypersexualisée, avec un physique définit par les standards de beauté de l’époque (et actuels ?).

Sex symbol aux super-pouvoirs, Starfire est le complet opposé de sa fille : ronde et sans pouvoirs. Ce thème est récurrent dans la bande dessinée, ce qui fait d’ailleurs partie du malaise de Mandy qui ne se sent absolument pas à sa place.
En pleine crise existentielle, Mandy se cherche comme toute adolescente de son âge. Qui parle d’adolescence compliquée parle souvent de sentiments amoureux. Dans cet ouvrage, Mandy nous laissera découvrir son attirance pour Claire, la fille la plus populaire de son lycée.
Ces thèmes sont de plus en plus abordés aujourd’hui dans les comics, et je trouve que Mariko et Yoshi ont réussi à l’amener sans être trop dans le cliché.

Mandy discute avec Claire
Pour conclure…

Bien que la fin de l’histoire puisse être anticipée depuis le début de la lecture, I am not Starfire est très agréable à lire. L’apparition des Titans sur certaines planches fait sourire, mais leur présence minime n’est absolument pas gênante, car nous savons qu’ils ne sont pas le sujet principal de l’ouvrage.

Le thème de l’ado rebelle est un classique qui ici est rafraîchissant grâce à la présence d’une Starfire aimante mais dépassée et complètement à côté de la plaque.

Mon avis sur I am not Starfire

Le livre plaira à tous / toutes les ados et jeunes adultes, peu importe leurs connaissances sur l’univers DC Comics et ses héros. Ses visuels sont très beaux et les textes sont courts et faciles à lire.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.