Jujutsu Kaisen : Le Roman – Tome 2

Ce deuxième roman Jujutsu Kaisen, intitulé “Une route semée de ronces” a été écrit par Gege Akutami et Ballad Kitaguni. Il est paru le 1er juin sous la collection roman de Ki-oon. Contrairement au premier roman, celui-ci se focalise davantage sur les exorcistes de Kyoto.

Résumé du roman Jujutsu Kaisen

Jujutsu Kaisen : roman 2 couverture

Une aventure inédite en roman, des apprentis exorcistes !

Alors qu’elle fait du shopping dans les rues de Tokyo, Nobara croise Toge, qui tente de la prévenir d’un danger… sauf que la jeune fille ne comprend rien au langage énigmatique de son camarade et fonce droit dans le piège ! Arrivera-t-elle à se sortir de ce guêpier ?

De leur côté, les élèves de Kyoto doivent enquêter sur un maître des fléaux capable de provoquer des accidents de voiture… et c’est Mechamaru qui est en première ligne pour l’éliminer !

La vie d’un exorciste est tellement remplie que lorsque Kiyotaka Ijichi, le proviseur adjoint, se retrouve soudain au chômage technique, il ne sait pas quoi faire de sa journée… Heureusement, ses collègues ont la solution !

Quant aux filles de l’école de Kyoto, qui profitaient aussi d’une pause après le tournoi inter-lycées, elles se lancent seules à la poursuite d’un esprit vengeur responsable de la disparition de Yu Makimura, une adolescente que Mai a aidée par le passé… Parviendront-elles à résoudre cette affaire ?

– Quatrième de couverture

Composition du roman Jujutsu Kaisen

Le roman Jujutsu Kaisen se constitue de cinq chapitres, tous centrés sur des personnages différents. Nous retrouvons par ailleurs des élèves de l’école d’exorcisme de Kyoto qui sont mis en avant… Une bonne opportunité afin de discerner ces personnages autrement et plus intimement que dans la série d’animation ou dans le manga ! 

  • Chapitre 1 : Nobara et Toge
  • Chapitre 2 : Agir sans être vraiment là
  • Chapitre 3 : L’élégie d’Asakusabashi
  • Chapitre 4 : Sus au fléau !
  • Chapitre 5 : Un court répit

Un zoom sur différents personnages

Durant ces cinq chapitres, nous avons l’aperçu des ressentis et des personnalités de plusieurs personnages, que nous connaissons déjà à travers le manga et la série d’animation. Cependant, ces aperçus, à travers des situations critiques ou des rapprochements avec d’autres personnages, nous permettent de mieux les comprendre, et de nous attacher un peu plus à eux.

Nobara Kugisaki

Dans le premier chapitre, Nobara confie à Maki et Panda sa frustration de ne pas comprendre Toge… Comme il s’agit d’un incantateur avec de grands pouvoirs dans ses mots, Toge ne peut dire que des choses simples comme « saumon », « épinards » ou « bonites séchées » par exemple. Les élèves de première le comprennent malgré cela, mais ce n’est pas le cas de Nobara. Et pour elle, la conversation et les mots sont la manifestation de l’âme. Alors, elle ne peut s’empêcher d’être agacée de ne pas comprendre Toge, de ne pas savoir ce qu’il pense ou ressent… De ne pas pouvoir le cerner, tout simplement.

Par le biais d’un événement fortuit, elle va se retrouver entre de mauvaises mains, mais s’en sortira finalement indemne grâce à Toge. Elle aura cependant eu du mal à ne pas culpabiliser, de se sentir être un « obstacle » dans le combat de Toge, d’être inutile… Cependant, parvenir à combattre à ses côtés la réconforte tout de même un peu, et l’aide également à le comprendre par la suite. Les mots de Toge ne sonnent désormais plus comme une langue étrangère à ses yeux, maintenant qu’elle a pu l’appréhender un minimum.

Kokichi Muta

Le chapitre se focalise sur les élèves de Kyoto, et plus particulièrement Mechamaru, de son véritable nom Kokichi Muta. Il est envoyé au Mont Hiei afin de combattre un maître des fléaux qui pose beaucoup de soucis. Durant ce chapitre, nous en apprenons plus sur ses capacités mécaniques, à travers son pantin, qu’il utilise en tant qu’intermédiaire pour “vivre” avec les autres. Son corps est trop faible pour qu’il l’utilise tel quel. 

Nous en savons plus sur ses sentiments pour ses camarades et surtout, pour Miwa. Être un pantin mécanique ne l’empêche pas d’avoir des ressentis, même s’il ne peut les exprimer comme il le souhaiterait. 

Durant ce chapitre, Kokichi fait preuve de détermination et d’empathie envers ses camarades, il est de ce fait plus facile de le cerner, de le comprendre. Au fond, son seul souhait est de pouvoir rencontrer ses camarades en bonne et due forme. Et pouvoir ainsi converser, se faire de véritables souvenirs en tant qu’humain, et peut-être pouvoir exprimer à Miwa ce qu’il ressent pour elle.

Kiyotaka Ijichi

Kiyotaka est le proviseur adjoint de l’école d’exorcisme de Tokyo. Il travaille énormément et n’a jamais le temps de se reposer. Alors qu’il va rendre visite à Shoko Ieiri, cette dernière lui fait comprendre qu’il se sent mal à cause du stress, et l’invite ainsi à prendre un verre le même soir. Au lieu d’un rendez-vous en tête-à-tête, Satoru Gojo se joint lui aussi à la partie. En discutant avec ses collègues, Kiyotaka comprend non sans un pincement au cœur qu’il se surmène trop et qu’il doit prendre soin de lui avant de veiller sur les élèves de l’école. 

Nous remarquons qu’il s’agit d’un personnage un peu plus dans l’ombre que les autres, mais qui est pourtant essentiel au bon fonctionnement de l’école, des missions et de la vie de tous. Même si cela signifie mettre en péril sa santé mentale et physique pour les autres. Après des jours de repos plus que mérité, retour au travail… avec des taches encore plus intenses qu’avant ses vacances.

Mai Zenin

Alors que Mai, Kasumi et Momo discutent dans un café, une « fenêtre », ou informatrice pour les fléaux, s’invite à leur table. Du nom de Yu Makimura, cette jeune fille admire fortement Mai depuis qu’elle lui a sauvé la vie. Cependant, cette admiration est un peu trop forte au goût de Mai, d’autant plus que la jeune fille n’est pas assez précautionneuse et attentive aux dangers qu’elle encourt à cause des fléaux.

Yu enquêtait de son côté sur un mystère concernant un fléau, et s’est soudainement volatilisée… Mai doit alors faire un choix : ne pas voler à son secours et prendre le risque d’être blessée par un fléau de classe 2, ou bien aller la sauver et faire taire sa culpabilité qui lui dit qu’elle abandonne Yu comme elle a été abandonnée par sa sœur… 

Au final, elle vole à sa rescousse, mais elle n’est pas seule. Elle peut bien évidemment compter sur l’aide de ses camarades, Kasumi et Momo, pour unir leurs forces et exorciser ce fléau. Une belle preuve d’amitié et de confiance, alors même que Mai est une jeune fille renfermée, qui a du mal à s’ouvrir aux autres. Sa blessure du passé avec sa sœur Maki lui a provoqué quelques traumatismes, qu’elle ne souhaite absolument pas faire expérimenter aux autres.

Megumi Fushiguro

Une sortie s’impose pour le trio de Yuji, Nobara et Megumi. Et cette sortie dans un complexe sportif est une porte ouverte pour l’esprit de Megumi, de se laisser porter par des pensées et réflexions concernant Yuji. Et plus particulièrement, sa « mort » de deux mois, et son retour à la vie, à l’école d’exorcisme et à ses côtés.

Ce chapitre repose sur la relation entre les trois camarades du point de vue de Megumi, et sur cette capacité qu’ils ont eue de se rapprocher autant, à tel point que la prétendue mort de Yuji avait créé un vide aux deux autres adolescents. Maintenant, ils sont là tous ensemble, à blaguer et à jouer. Et même si le but principal de cette sortie était de ne pas laisser Yuji ruminer seul, elle aura finalement eu l’opportunité de les rapprocher davantage et de leur démontrer que leur présence est ce qui rend leur quotidien meilleur, et qui leur donne l’envie d’avancer vers d’autres lendemains.

Mon avis sur ce roman de Jujutsu Kaisen

Ce roman apporte de bons compléments d’informations sur des personnages de Jujutsu Kaisen, ainsi que sur des événements. Comme le tournoi entre les élèves de Kyoto et Tokyo, et du match de baseball, qu’il serait compliqué de comprendre si nous ne lisons pas le manga, ou si nous ne regardons pas la série d’animation. 

C’est assez rafraîchissant de découvrir des facettes plus attachantes de certains personnages, comme pour Mai ou Megumi, qui sont très froids et tranchants en général. Cette fois, nous avons une vue sur leurs pensées et nous nous rendons compte qu’ils culpabilisent ou ressentent bien plus de choses qu’ils ne le montrent en temps réel

Que ce soit aussi pour Nobara, Kiyotaka ou Kokichi, l’intention des personnages est avant tout de prendre soin et de protéger les autres. Ce qui au final est la base de tout exorciste qui se respecte !

Pour conclure…

Ce deuxième roman de Jujutsu Kaisen, “Une route semée de ronces”, est un roman facile à lire et intéressant, qui nous donne le point de vue de plusieurs personnages secondaires ! Il sera cependant difficile à comprendre, notamment pour les références, par des lecteurs qui ne connaissent rien à l’univers de Jujutsu Kaisen. C’est un roman qui vous permettra de vous attacher davantage à des personnages, et que nous vous recommandons donc !

Vous devriez Lire aussi
Sanctuary Perfect Edition - Tome 5

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *