Le mariage de mon ami d’enfance

Nouveau rendez-vous avec notre Bibliothécaire. Il revient pour une nouvelle pleine de surprise. Une nouvelle fois, vous pouvez y lire des choses inédites, pensées et écrites juste pour le plaisir de vos yeux et de votre imagination. Ces quelques mots suffiront-ils à susciter le désir de découvrir ce nouveau texte ? Si c’est le cas, installez-vous confortablement et laissez vous porter par cette nouvelle lecture !

Je suis invitée au mariage de mon ami d’enfance. Cela fait peut-être 15 ans que je ne l’ai pas vu. Dans un sens, je suis touchée qu’il ait pensé à moi. Mais d’un autre côté, je me sens un peu gênée pour deux raisons. La première, je ne vais connaître personne. La seconde, je suis célibataire et je n’ai pas envie d’y aller seule… Mais je lui ai répondu que je viendrai avec plaisir. C’est dans 2 semaines, encore quelques jours pour me préparer au moins une jolie tenue.

La veille du mariage

Le mariage de mon ami d'enfance - taxi

N’habitant pas la région des mariés, je me rends, la veille, au gîte qu’ils ont loué. Ils m’ont proposé, ainsi qu’aux autres invités dans le même cas, d’y dormir la veille et tout le weekend. Mon train m’a déposé un peu tard, il fait déjà nuit. Il ne me reste plus qu’à prendre un taxi et je serai arrivée. Une jolie femme m’accueille au gîte. Elle est rousse aux yeux verts, me demande mon nom et vérifie la liste. Elle me fait signe d’approcher et m’accroche au niveau de la poitrine un petit pin’s avec mon nom. Sa main m’effleure légèrement, elle rougit un peu et m’indique qu’elle va me montrer ma chambre. Arrivées devant la porte de ma chambre, elle l’ouvre et passe en première. Elle me fait visiter la petite pièce en s’attardant un peu sur le confort du lit et de la baignoire.

Le clin d’œil

Au moment de partir, elle me demande mon numéro de téléphone. Je lui donne bien volontiers, tout en essayant de deviner si elle est autant attentionnée avec tous les invités. Elle me donne également le sien. Puis elle m’indique, en me faisant un clin d’œil, que je peux l’appeler à tout moment de la nuit. Finalement, elle se retourne, faisant voleter sa jupe courte et s’en va dans le couloir. Je prends le temps de défaire mes affaires et de prendre une douche rapide, ne pouvant m’empêcher de sourire à la scène qui vient de se passer. Je ne sais pas si c’est une proche des mariés ou un membre du personnel du gîte, mais il faut absolument que je résolve ce mystère. Décidant à lui envoyer un sms pour lui demander où trouver à manger. Elle m’indique  de la rejoindre au rez-de-chaussée dans une quinzaine de minutes.

Le flirt

Le flirt

Une fois ces longues minutes écoulées, je la rejoins. Le réfectoire est vide à cette heure, mais elle m’a préparé un plateau. Elle me présente avec un ton de serveur de grand restaurant les mets raffinés auxquels j’ai le droit : Thon à la mayonnaise sur sa baguette fraîche, accompagné de ses tomates crues au basilic. Accompagnant ses paroles, elle allume une bougie rouge et répand quelques pétales de rose sur mon plateau. Je m’approche un peu d’elle, prétextant une gêne due à la fumée de la bougie. Elle approche son visage du mien, prétextant de mal m’entendre. J’en profite alors pour lui voler un baiser du bout des lèvres.

C’est à ce moment qu’entre dans le réfectoire Flavien, mon ami d’enfance. Il pose une main affectueuse sur l’épaule de la jeune femme à mes côtés, l’invitant à regagner sa chambre. Puis il commence à discuter avec moi et me remercie de ma présence. Je n’arrive pas à deviner si il a vu ce baiser volé ou non. Il me laisse seule à mon repas. Ce soir-là, je ne sus de mon hôtesse que le goût de ses lèvres, même pas son prénom.

Le mariage

Le mariage de mon ami d'enfance

Le lendemain, je me prépare et pars à la cérémonie du mariage. Comme je m’y attendais, je ne connais personne ici. Je cherche des yeux la femme d’hier, en vain. Il y a beaucoup d’invités, tout n’est pas perdu, je la reverrai peut-être au repas. Tout le monde se lève et mon ami entre dans son magnifique costume. Il prend place devant l’autel. Tous les regards attendent vers l’entrée que la mariée fasse son apparition. Elle rentre alors d’un pas lent, dans sa magnifique robe de princesse. Mais son regard, son visage, sa carrure…

J’ai embrassé la mariée hier soir ! J’ai embrassé la futur femme de mon ami d’enfance sans le savoir ! Pourquoi a-t-elle flirté avec moi ! Une minute se passe et je reçois un message : “La stupeur sur ton visage est à se tordre de rire. Je vois que tu es une invitée de Flavien mais que tu ne connais pas la mariée. C’est ma soeur JUMELLE ! Rejoins-moi ce soir au gîte. La dernière chambre au bout du couloir du 2ème étage. Olivia”.

La nuit

Le mariage était merveilleux. Arrivé à deux heures du matin, bien fatiguée, je me décide à regagner ma chambre. J’ai pu croiser à quelques reprises Olivia qui accompagnait souvent sa sœur Estelle, la mariée. Et effectivement, il est très difficile de faire la différence. Mais pour ce soir, je suis trop fatiguée, je rentre directement dans ma chambre et me fais couler un bain. Dans celui-ci, rempli de mousse, j’en profite pour me détendre et indiquer à Olivia que j’aurais été ravie de la rejoindre, mais que je suis fatiguée. Je lui propose de se voir le lendemain avant que je reparte. 5 minutes plus tard, j’entends la porte de ma chambre s’ouvrir et Olivia me demande si elle peut rentrer dans la salle de bain : “Service de chambre, je vous apporte votre serviette et votre sèche-cheveux !“.

Le bain

Le bain

Je la laisse entrer. Elle me propose un massage offert par la maison. J’accepte volontiers. Elle s’assied sur le bord du bain, les jambes dans l’eau de chaque côté de mon dos, elle-même adossée contre le mur de la salle d’eau. Elle remonte légèrement sa jupe pour ne pas la mouiller et commence à me masser. Ses mains sont douces. Mes muscles commencent à se détendre entre ses doigts. Elle approche doucement de mon cou et commence à y déposer quelques baisers. Vanille. Ses cheveux sentent bon la vanille.

Quelques mèches effleurent l’eau. Une fois redressée, ses mèches humidifient son t-shirt. Elle en profite comme excuse pour l’enlever. Elle est nue en dessous, ce que j’aime cette mode du no-bra ! Continue de me masser, m’embrassant de temps à autre dans le cou et sur les épaules. Ses mouvements répétés lors du massage font doucement onduler l’eau, qui frôle sa jupe à chaque passage, mais malheureusement pas assez pour la mouiller. Je me penche alors brusquement en avant. Elle suit mon mouvement, un peu surprise. L’eau monte et mouille sa jupe. Elle explose d’un doux rire.

Le goût de sa peau

Je me retourne pour me retrouver face à elle. Elle est à demi-nue. Éclairée par la faible lumière du lavabo, les ombres jouent sur sa peau. La tête légèrement penchée sur le côté, elle me regarde, souriante, toujours assise sur le rebord de la baignoire. Je me redresse sur les genoux. Ma tête arrive à hauteur de sa poitrine. Je m’approche doucement. Elle n’a aucun mouvement de recul. Au contraire, elle passe ses doigts dans mes cheveux mouillés. Je pose un baiser dans son cou, puis je descends sur sa poitrine dénudée. Je sors ma langue et la laisse courir le long de son sein, jusqu’au téton. Sa main se resserre dans mes cheveux. Je prends alors à pleines mains ses deux seins et plonge ma tête au milieu. Je profite du doux parfum de sa peau puis reprends mes baisers pour ajouter à mes sens le goût à l’odorat.

Vers un lieu plus intime

Vers un lieu plus intime

Je m’assois de nouveau au fond du bain. Elle a les joues rouges d’excitation. Dans cette position, j’ai une vue directe sur sa jupe remontée. Et sa culotte blanche en coton. Celle-ci est légèrement humide. J’aime à penser que ce n’est pas dû à des éclaboussures d’eau. Je glisse mes doigts le long de ses cuisses et commence à les embrasser. Elle ne me retient pas. J’approche ma main et la pose sur sa culotte. Tandis que ma bouche continue d’explorer ses cuisses, mes doigts caressent son entrejambe au travers du tissu, qui s’humidifie encore plus. Sa respiration s’accélère.

Je dévoile ce que cachait sa culotte avec deux doigts. Je la caresse doucement puis, les doigts bien glissants, j’introduis mon index. Elle pose ses mains sur mes épaules. Je profite de cette proximité pour approcher mon visage, puis ma bouche, de ses lèvres. Je commence à les parcourir du bout de la langue. De temps à autre, celle-ci rencontre mon doigt, qui continue ses aller-retours. J’en glisse un deuxième. Ses mains se serrent sur mes épaules. Ma langue devient plus précise et commence à titiller son clitoris. Elle commence à gémir tout en me regardant avec ses yeux mi-clos. Puis elle m’arrête pour me proposer de passer dans la pièce d’à côté. Pour rejoindre le lit moelleux dont elle m’a tant vanté les mérites la veille…

Pour conclure…

Avez-vous été à nouveau séduit(e)s par cette nouvelle comme nous l’avons été ? Serez-vous là, prochainement, pour le nouveau rendez-vous avec le Bibliothécaire ? Au plaisir de lire vos ressentis.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *