Sensations

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une très belle édition d’un hentai.

Izayoi Seishin est un mangaka japonais. Il est le scénariste ainsi que le dessinateur de ce beau volume. Mais il n’est pas seul sur ce manga, réalisé en collaboration avec Yamasaki Masato. Ce dernier est un scénariste japonais. Ce n’est pas la première fois que ce duo opère ensemble. Nous avons déjà pu découvrir leur talent commun en 2010 sur Double tentation.

Sensations est un recueil que vous pourrez vous procurer à partir du 15 mai. Il est édité par NihoNiba en France.

Pour rappel, les hentais sont des mangas pour adultes, interdits au moins de 18 ans.

Le synopsis

Comme indiqué dans l’introduction, nous avons ici affaire à un recueil. Vous allez donc avoir le plaisir de découvrir différentes histoires au cours de ce volume, le fil rouge restant les charmes de la gente féminine.

Dès les premières pages, nous avons un somptueux sommaire nous indiquant les diverses nouvelles qui nous attendent. Commençons donc par les nouvelles de Chikako.

Zaizen Chikako est la belle responsable des ventes que vous pouvez admirer sur la couverture. Elle est brune aux yeux marron et porte des lunettes. En tant que responsable, nous la verrons majoritairement en tailleur. Son nom, en japonais, s’écrit avec le caractère des finances. Au plaisir du dessinateur qui aime les femmes matures, elle a 36 ans. C’est le personnage le plus développé dans ce recueil. Nous avons effectivement droit à une nouvelle en 4 parties ainsi que des artworks et pages bonus autour de son personnage. Le principal thème abordé avec elle est le chantage.

Sans divulguer l’intrigue, en voici un avant-goût. Ishida, un collaborateur de Chikako, a fait une erreur d’impression sur le prospectus d’un client. Celle-ci décide donc d’aller s’excuser en personne. Le responsable des contrats publicitaires la reçoit dans son bureau. Il lui indique être d’accord pour passer l’éponge selon la façon dont elle décidera de se comporter avec lui…

Nous avons ensuite une nouvelle sur la délicieuse Yamaguchi Yu. C’est une magnifique mannequin aux cheveux auburn et aux yeux noisettes. Yu est ici pour se faire photographier pour son premier album photo. Nous la retrouvons donc en bikini pour cette séance. Tout cela sur une plage privée dans un décor paradisiaque.

Pour cette histoire courte, je ne vous dévoilerai pas le thème, ne voulant pas vous dévoiler l’intrigue. Je vous laisserai le découvrir par vous-même…

Nous allons ensuite aborder le thème de la soumission avec la jeune Osawa Akane et ses jolis yeux noisettes. Elle a les cheveux châtains clairs coiffés en deux couettes hautes sur chaque côté. C’est une race queen, une mannequin spécialisée dans les événements de courses de voitures. Ses tenues sont donc courtes, très courtes. Lors d’un événement, son petit ami vient la rejoindre sur son lieu de travail. Il est très enthousiaste de sa tenue et de l’incongruité du lieu.

L’histoire de la nouvelle suivante est un peu courte, mais très détaillée et agréable aux niveaux des scènes sexuelles. Nous suivrons Inoue Waka, une jeune femme de 23 ans. Elle a une coupe courte de cheveux foncés et les yeux marron. Celle-ci exerce le métier d’infirmière et sait en effet être très proche de ses patients pour les soigner.

Continuons avec la jeune Sato Ai, petite brunette aux yeux marron. Des mèches de cheveux lui encadrent le visage, le reste étant retenu par deux couettes tirées en arrière. Ai est une idole qui devient de plus en plus populaire. Les gens commencent à la reconnaître de plus en plus facilement dans la rue. Nous suivrons l’histoire de ses retrouvailles coquines avec son ami d’enfance. Ses jeunes ayant décidés de profiter de leur insouciance avant qu’elle devienne trop célèbre pour pouvoir se balader ainsi dans la rue.

Nous avons ensuite une femme qui sait prendre les choses en mains. Shino Ayaka, 27 ans, belle athlète aux cheveux bruns attachés. Elle est professeur de fitness et, dans ce chapitre, c’est elle qui mène la danse avec ses élèves.

La nouvelle suivante est sans doute ma préférée, avec la présentatrice Matsushima Miori, surnommée la vierge Marie par ses auditeurs. Mais peut-on toujours se fier aux apparences ? Je vous laisserai le découvrir…

Nous poursuivons avec le classique fantasme sur la secrétaire avec Ogura Yuko. Nous avons là encore une brune aux lèvres pulpeuses, qui est loin d’avoir la langue dans sa bouche.

Le chapitre suivant est sur un jeune couple avec pour femme la modèle mais coquine Fujii Otona. L’auteur dit lui-même avoir été stupéfait de ce genre de scénario à la télévision. Et vous? Seriez-vous prêts à faire la même chose que ce charmant couple ?

Et pour varier les plaisirs, nous avons ensuite la pulpeuse et occidentale Illeana Chickowski, une grande blonde aux yeux bleus. Nous changeons de rythme avec ces deux chapitres. Outre la différence physique de Illeana, celle-ci est professeur d’anglais. Et dans ces chapitres, elle parle en anglais ! Nous avons donc le droit à des paroles anglaises, sous-titrées bien entendu, qui vont vraiment changer des pages précédentes.

Et pour finir, nous avons la douce Okouchi Yukino à travers laquelle nous découvrirons le thème du bondage mais aussi de la douceur.

L’édition

Avant de parler des dessins, je souhaiterai vous parler du volume en lui-même. On a affaire ici à une édition grand format, on est pas loin du A4 quand même. Le papier est de très bonne qualité. En effet, l’intégralité est imprimée sur du papier glacé. Le volume est très gros, on approche les 200 pages. Vous l’aurez donc compris, c’est une édition très conséquente.

Mais il n’y a pas que la taille qui compte, et au niveau contenu l’éditeur ainsi que les mangakas ne se moquent pas de vous.

La couverture nous montre un magnifique portrait, mais le 4ème de couverture n’est pas en reste. Il nous présente un mini portrait de chacune des protagonistes que vous allez découvrir lors de votre lecture. En bas à gauche, vous retrouverez également des vignettes vous éclairant sur les différents thèmes abordés.

Les 6 premières pages représentent chacune un portrait couleur de la première héroïne. Mais arrivé à cette page commence la première surprise. Vous pouvez déplier celle-ci, ainsi que la suivante, pour découvrir un poster sur 4 pages, tout en couleur.

Ces portraits sont à l’image du reste. Très détaillés mais sobres. Ces images sont certes érotiques mais pas vulgaires. À ma grande surprise, la qualité des dessins, que ce soit sur les portraits mais également à l’intérieur de la nouvelle elle-même, est très grande.

Les dessins

Les femmes ont des tenues variées. Elles sont en relation avec leur métier ou leur environnement. Les jeux d’ombres sur ceux-ci sont présents et ajoutent au réalisme. Continuons sur les vêtements. On ne trouve pas que des femmes totalement habillées ou que des femmes totalement nues. Beaucoup de scènes mettent en valeur la phase de désabillement voire même de sexe habillé. Le dessinateur met ainsi à l’honneur la lingerie. On va retrouver des sous-vêtements très diversifiés, que ce soit par la forme, la couleur ou les matières.

Parlons maintenant des corps. Là aussi, le coup de crayon est très précis. Les visages sont expressifs, nous comprenons dès le premier coup d’œil le ressenti des personnages. Ils ont la peau texturée et ombragée, ce qui fait ressortir les muscles et met en valeur les courbes. Ils ont les mains très bien dessinées. Elles sont souvent représentées, le plaisir passant également par elles.

Ma plus grande surprise reste au niveau des parties sexualisées. Certes, les poitrines sont démesurées, et là, chacun ses goûts. La taille n’est pas toujours réaliste. On reste dans le fantasme. Mais la forme du sein ne sera pas la même selon la position de la femme, ainsi que celle de l’aréole et du téton selon les positions ou les vêtements portés. Nous avons droit à du détails et du réalisme.

Les verges sont principalement censurées. Désolée mesdames, vous pourrez les fantasmer principalement en imagination. On en comprend quand même la taille et la grosseur de par les proportions de la censure. Sur les quelques scènes épargnées par celle-ci, elles sont très belles. Nervurées, ombragées, le détail est présent.

Le sexe féminin n’est pas en reste. Très représenté et quasiment jamais censuré, il saura nous ravir par son détail. Les femmes ont des lèvres, un clitoris et des poils. Effectivement, on se retrouve avec une très belle et réelle représentation.

Mon avis

Cette édition est un doux mélange entre des nouvelles et un artwork. La qualité du papier et de l’impression mais également le détail apporté aux dessins sont très agréables.

De plus, il y a beaucoup de contenu et ce n’est pas du tout répétitif. Vous y trouverez ainsi une grande variété au niveau des fantasmes : la professeur, la mannequin, la secrétaire, l’infirmière… Tous sont cités au dos du volume, je vous laisserai le soin de regarder.

Il y a également de la variété au niveau des pratiques sexuelles : du chantage, de la soumission, du bondage, des plans à 3… Mais également des thèmes plus classiques tels que les préliminaires, le sexe oral, la pénétration. Vous trouverez forcément du contenu qui vous parle. Bien que présente, la censure reste faible et pas dérangeante.

N’ayez pas peur de cette liste bien gourmande de pratiques. Nous avons à faire ici à un ouvrage qui sait rester soft malgré la présence de quelques paroles vigoureuses. Même si son contenu mérite son interdiction aux mineurs.

Enfin, j’ai été agréablement surprise par le rôle de la femme dans cet ouvrage. Elle ne fait pas que subir. En effet, dans plusieurs nouvelles, c’est elle qui prend les choses en mains. Elle est parfois l’instigatrice et sait en redemander pour son plaisir à elle. Nous la retrouvons même parfois maîtresse de son propre désir.

Pour conclure…

NihoNiba nous offre vraiment une très belle édition, pleine de surprises. J’ai pu mentionner la présence d’artworks et ce n’est pas anecdotique. Il y en a presque entre chaque nouvelle, sans parler du magnifique dépliant au début de l’ouvrage. Et le petit ajout en page de fin est très sympathique, mais pas de spoil, je vous laisse des surprises à découvrir. La qualité du dessin et du papier est loin d’être en reste.

Un très bel objet à posséder dans sa bibliothèque.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *