Les 37ème Médiévales de Provins

Affiche "Médiévales de Provins"

Ayant connu son apogée au XIIème siècle sous le règne de Thibault IV, Comte de Champagne, la ville de Provins propose à ses visiteurs, depuis presque quatre décennies maintenant, de revenir à cette époque où les Foires de Champagne battaient leur plein. C’est par un week-end maussade de juin que nous avons pris la route pour participer aux festivités. Oyez oyez braves gens, nous allons vous conter notre pèlerinage !

Bullons en Champagne

La tour césar emblème de la ville de "Provins"

Entrée au patrimoine mondial de l’Humanité en 2001, Provins est une ville dont les origines remontent à l’époque gallo-romaine. La cité est transformée en place forte par les romains, avant de passer sous la domination des Francs, lorsque Clovis s’empare de la ville. Mais c’est surtout au cours du XIIème siècle que Provins connaît son âge d’or, sous la gouvernance des comtes de Champagne et plus précisément de Thibault IV. Elle est alors la troisième ville la plus importante de France après Paris et Rouen, tellement puissante qu’elle frappe même sa propre monnaie (le denier provinois) ayant cours dans toute l’Europe.

La collégiale St Quiriace à "Provins"

C’est également à Provins qu’avait lieu, deux fois par an, les célèbres Foires de Champagne, faisant de la ville un carrefour commercial incontournable entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie. Le patrimoine culturel et architectural de la ville, extrêmement bien conservé, date du XIIème siècle. C’est dans l’optique de faire revivre au plus grand nombre les Foires et de proposer une reconstitution historique de la vie au Moyen Âge que les Médiévales ont été créées et sont devenues en 37 éditions le festival médiéval le plus important de France. Chaque année, celui-ci choisit un thème central . Et pour 2022, ce sont les Bâtisseurs qui sont mis à l’honneur. Tailleurs de pierre, charpentiers, forgerons  et autres artisans investiront la ville haute pour initier petits et grands à ces métiers ancestraux.

Découvrez le site des Médiévales de Provins pour être au courant de toute leur actu ici

Historiquement vôtre

Qui dit gros événement dit programmation en conséquence. Et là encore, l’organisation avait fait les choses en grand, avec la présence de beaucoup d’animations de rue, des orchestres et chanteurs médiévaux, mais également des compagnies de théâtre présentant des saynètes et des spectacles interactifs pour tous les âges. Samedi soir a eu lieu le traditionnel bal médiéval, animé par l’Ensemble Tormis et le groupe Sorga, ainsi que le grand concert de musique médiéval dont les artistes invités de cette année étaient Les Carillonneurs, Os Gambuzinos et Trybu.

Des spectacles aux "Médiévales de Provins"

De quoi en prendre plein la vue et les oreilles alors que le soleil se couchait lentement sur Provins, mettant fin à cette première journée de réjouissances. Dimanche, nous avons retrouvé les différentes compagnies, que ce soit en déambulation ou sur les différentes scènes fixes. Mais le point d’orgue de ce dernier jour fut sans conteste l’incontournable parade des artistes, une grande procession dans la citadelle où toutes les confréries ont défilé au son des musiciens. Un grand événement, très applaudi par tous les visiteurs.

"Les fauconniers" étaient présents également

Le Comte est bon…

Au niveau activités, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y avait de quoi faire, entre les étals des vendeurs contenant des choses aussi variées que des articles en cuir, des vêtements médiévaux, des bijoux, des chaussures, des armes, des instruments de musiques et pleins d’autres articles, qu’ils soient décoratifs ou usuels (moi je suis repartie avec deux magnifiques ocarina faits mains). Si, à l’instar de Karadoc, pour vous aussi le gras c’est la vie, nous avons pu rencontrer sur notre route nombre de tavernes où étancher sa soif et ripailler gaiement. Vous avez eu peur d’avoir un petit creux sur le chemin ? Pas de problème, il était possible, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes, de se constituer un petit stock auprès des vendeurs de spécialités culinaires et autres charcutailles.

On trouvait de tous aux "Médiévales de Provins"

Vous recherchez plus de la nourriture spirituelle que de la nourriture terrestre ? C’est vers la collégiale Saint Quiriace abritant un très intéressant et varié village du livre qu’il fallait tourner vos pas. Après tout ça, pourquoi ne pas se dépenser un peu en vous initiant au tir à l’arc, à l’art du combat, de l’enluminure, aux danses médiévales ou à la gravure sur pierre ? Vous aviez également accès aux deux spectacles présents à l’année à Provins (moyennant un supplément bien entendu) : Les Aigles des Remparts (un spectacle de fauconnerie) et la Légende des Chevaliers (racontant les amours de Thibault de Champagne et de Blanche de Castille, sur fond de batailles et de cascades équestre).

Les "campements" dans les douves

Le Nom de la rose

Comme toute provinoise qui se respecte, je ne pouvais pas passer à côté du retour de la fête, déprogrammée à cause de la Covid19 ces deux dernières années. Depuis 10 ans que j’habite Provins, je n’ai jamais manqué cet événement annuel que j’ai pu appréhender en tant qu’artisane, commerçante et visiteuse. C’est donc avec un enthousiasme débordant que j’ai arpenté les rues de la cité couvertes de paille et encombrées de nombreux visiteurs. Si la reconstitution historique a laissé peu à peu la place à la présence de fées, elfes et autres personnages de fantasy, le village des artisans était toujours présent pour nous apprendre comment confectionner des vitraux, des armes, de la vaisselle et j’en passe.

Petites "boutique" de produits naturels

Si vous cherchiez un souvenir à ramener, les échoppes des commerçants proposaient pléthores d’articles, de l’habillement aux armes en passant par les instruments de musique, les produits régionaux et les jouets. Il y en avait pour tous les goûts et toutes les bourses ! Malheureusement, la météo du samedi 25 s’annonçait pluvieuse (et elle l’a été) et cela a dû freiner de nombreux participants. D’habitude, les rues principales de la ville sont noires de monde et il est difficile de circuler. Si cela a été le cas le dimanche, le samedi il y avait clairement moins de visiteurs qu’à l’accoutumé. Mais la pluie n’a pas empêché les courageux de profiter des nouveautés de cette année, comme l’ouverture de la Grange aux Dîmes, retrouvant le temps du weekend sa fonction première de marché couvert.

La grange aux dîmes à retrouver sa fonction première à l'occasion des "Médiévales de Provins"

Un petit bémol toutefois, j’ai pu remarquer qu’au fil des années il y a de moins en moins d’étals de petits façonniers, beaucoup d’échoppes proposant de plus en plus de produits industriels faits en Chine. De plus, d’habitude les campements médiévaux présents dans les douves sont très nombreux et forment un campement gigantesque. Mais cette année, ils n’étaient pas très nombreux à avoir posé leurs tentes aux pieds des remparts, ce que j’ai regretté, ces campements étant ma partie préférée de la fête. Mais ça n’a pas réussi à gâcher mon plaisir de me retrouver en costume, à déambuler et à échanger avec des gens de tout horizon. Ce fut, comme chacune des manifestations précédentes, un excellent moment et j’attends avec impatience la tenue de la prochaine édition.

Découvrez notre avis sur l’Escape game Les cachots de la Bastille ici

Pour conclure…

Que vous soyez un féru du Moyen Âge, un mordu de fantasy ou simplement un curieux souhaitant une activité changeant de l’ordinaire, je vous suggère fortement de venir vous plonger dans ce festival historique. Un vrai dépaysement, pour les petits comme pour les grands, le temps d’un week-end à seulement une heure de Paris. Avouez que ce serait dommage de s’en priver.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.