Love me tender

« Love me tender » est le second texte de Laura Marchetti publié aux éditions Homoromance après « Aux pieds de la grande dame de fer » et sa plume s’avère une nouvelle fois délicieusement surprenante ! Avec une sensibilité à fleur de mots, elle nous embarque dans son imaginaire avec magnificence.

Love me tender

SYNOPSIS

Dès que Lissa pose son regard dans les différentes pièces de la maison qu’elle a achetée avec Annie, elle est envahie de souvenirs merveilleux. Des souvenirs d’une romance idyllique, des souvenirs tendres, des souvenirs drôles, souvent rythmés par l’éternelle chanson d’Elvis Presley. Alors, pourquoi, aujourd’hui, les éclats de rire ont laissé place aux sanglots ? Pourquoi ce toit qu’elle aime tant n’abrite plus que des querelles violentes ? Qu’est-il arrivé aux deux femmes, qui étaient pourtant animées d’un amour aussi pur, pour qu’aujourd’hui leur quotidien soit si triste ?

AVIS

Une nouvelle ? C’est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire… Oh ! Dieu ! Bien des choses en somme. Voilà ma première réaction lorsque j’ai eu devant moi « Love me tender » de Laura Marchetti. Grossière erreur ! Le format nouvelle donne de la puissance à ce texte empreint de sensibilité et de délicatesse. Pas besoin de plus de mots pour toucher le lecteur en plein cœur. Avec « Love me tender » Laura Marchetti tape dans le mille !

Le récit est scindé en deux parties et c’est une construction habilement déroutante. Au cours de la première moitié du texte, on souffre terriblement. Avec Lissa, on souffre d’amour et c’est de loin la pire des douleurs qui existe au monde. Au fur et à mesure que la situation semble s’aggraver, on formule des hypothèses, on tente d’anticiper, on espère un rebondissement positif… On s’attend à tout, sauf à ce que l’on découvre au fil de la seconde partie. Spoiler alert : je ne peux en dire plus.

Lire aussi  On a lu La Déesse Perdue

Captivant, troublant, intense… autant d’adjectifs qui s’accordent avec cette histoire unique en son genre. Et le pire, c’est que même prévenu, tel sœur Anne, on ne voit définitivement rien venir ! Cette nouvelle est un feu d’artifice d’émotions, un huis-clos où deux femmes qui se sont aimées s’affrontent tour à tour, avec un bouquet final dont on ne se remet pas aisément. L’écriture est incisive, les sentiments puissants et l’intrigue inattendue.

Pour conclure, Laura Marchetti confirme son talent de brouiller les pistes avec « Love me tender ». Son univers est singulier, impossible d’anticiper quoi que ce soit dans ce monde folklorique. C’est à se demander combien de voix lui soufflent donc ses inspirations ! Ses textes, un peu à la manière du Petit Prince de Saint-Exupéry savent réveiller une sensibilité différente selon le moment et l’état dans lequel on se trouve au moment de la lecture. On n’est plus simplement dans l’acte passif de lire, mais dans une interprétation d’une prose à plusieurs niveaux. Une ode à l’amour à découvrir sans plus hésiter et à prix tout doux ! À lire et à relire sans modération.

Lien e-book : ★ Romans lesbiens: Love me tender (homoromance-editions.com)

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer