Ma coloc

Nouveau rendez-vous avec notre Bibliothécaire. Il revient pour une nouvelle qui vous fera monter en température. Une nouvelle fois, vous pouvez y lire des choses inédites, pensées et écrites juste pour le plaisir de vos yeux et de votre imagination. Ces quelques mots suffiront-ils à susciter le désir de découvrir ce nouveau texte ? Si c’est le cas, installez-vous confortablement et laissez vous porter par cette nouvelle lecture !

Moi, c’est Esteban, célibataire endurci. Je vis à Paris et j’ai un petit boulot qui ne fait pas ma joie au quotidien. Ce que j’aime, c’est les sorties entre potes et les soirées dans les bars pour ramener de la minette.

Le problème, c’est qu’en ce moment avec la Covid, ça devient super dur de choper dans les bars… Heureusement, les applications de rencontres sont là ! Et malgré que je dois partager mon appart avec une colocataire, on a trouvé un arrangement pour les soirées à la maison.

L’application de rencontre

L’application que j’utilise est tout à fait claire : du sexe sans attache uniquement. Les filles ne sont pas surprises que je ne les rappelle pas le lendemain. Elles ne le souhaitent pas non plus. Mais la dernière en date est un peu particulière. Je suis venu chez elle. On a passé une super soirée : apéro – sexe. La combinaison parfaite. Pas besoin de faire la conversation pendant le repas, on est passé rapidement aux choses sérieuses.

Trois semaines se sont passées, sans se rappeler, comme convenu. Toujours en utilisant l’application au gré de mes envies. Puis je suis tombé sur un profil qui me plaît et à qui j’ai proposé de venir chez moi. C’était la même fille. Elle avait mis son profil à jour après changement de coupe de cheveux et je n’avais pas trop fait attention.

Visiblement, elle n’avait pas eu l’air déçue du menu car elle est revenue, sachant elle très bien qu’on s’était déjà… essayés…

À la fin de notre soirée, elle m’a proposé un échange de numéros. Très vite, elle a vu mon regard et a su me rassurer. Pour une fille, c’est délicat d’aller chez des inconnus sans avoir peur. Elle se sent en sécurité et veut continuer à s’amuser. Un upgrade de coup occasionnel à plan cul. Pas de relation. Pourquoi pas, ça peut être pratique.

Le plan cul

C’est comme ça que je lui ai proposé de revenir aujourd’hui. Pour une bière améliorée. L’appart est clean, les bières sont au frais, ma coloc m’a laissé des tomates cerises et des chips. Quelqu’un frappe à la porte. Pile à l’heure. J’ouvre.

Linda entre, jette un regard dans l’appartement et envoie sa veste sur le canapé.

Elle porte un crop-top en dentelle et un mini-short. Ses cheveux châtains attachés en queue de cheval avec quelques mèches rebelles qui s’échappent de l’élastique.

Tu m’as promis une bière fraîche ? Il fait une chaleur dehors…

Je lui apporte l’apéro sur la table basse du salon. À peine ai-je ouvert les bières qu’elle prend la sienne, boit une gorgée et se passe la bouteille dans le cou pour se rafraîchir. Ce qu’elle est sexy, s’en rend-elle seulement compte…

Je m’assois à côté d’elle dans le canapé pour profiter de ma bière également. Je ne sais pas si elle s’attend à faire la conversation. Cette upgrade au plan cul me laisse un peu hésitant.

Elle saisit une tomate cerise, la pose entre ses lèvres, s’attarde légèrement avant de l’aspirer. La suivante, elle y passe la langue avant de la manger. Clairement, elle ne compte pas parler. Ça me va.

Les préliminaires

La tomate suivante tombe dans son décolleté, m’invitant à y glisser les doigts pour aller la rechercher. Encore de la dentelle sous ce haut. J’y devine une fine brassière retenant ses seins. Je les caresse doucement. Elle me repousse sur le canapé et se met à califourchon sur moi. Elle enlève son t-shirt, me dévoilant sa généreuse poitrine retenue par une mince lingerie.

Ce sera meilleur que les tomates, dit-elle avec un sourire au lèvres.

Elle bombe le torse pour l’approcher de mes lèvres. Je saisis sa poitrine des deux mains et plonge ma tête au milieu. Cette odeur et cette chaleur sont enivrantes. Elle penche sa tête en arrière et se resserre sur mon buste. J’enlève le haut et commence à lui dévorer les tétons.

Angeline

Le plan cul d’Esteban est arrivé. Et elle lui a sauté dessus directement. Elle n’a même pas bu sa bière. La porte de ma chambre étant légèrement entrouverte, j’ai une magnifique vue sur le salon.

J’ai installé mon clic clac juste derrière la porte. Impossible de l’ouvrir plus comme cela mais je suis confortablement installée pour ne pas en perdre une miette.

Elle a enlevé le t-shirt d’Esteban et est en train de lui embrasser le torse. Ses muscles sont dessinés comme je les aime et les lèvres teintées de rouge de Linda ressortent bien sur sa peau. J’enlève à mon tour mon haut et me caresse doucement la poitrine.

Elle lui ouvre la braguette et fait voler son pantalon. Caressant son sexe au travers du caleçon, elle l’embrasse goulument. Il a l’air d’apprécier. Son érection est bien visible, même  depuis ma chambre.

Je passe ma main sur ma culotte et commence à me caresser au travers.

Elle enlève son caleçon. Elle se met du lubrifiant sur les mains et commence à le masturber tout en se mettant à genoux, face à lui. Son sexe glisse entre ses doigts experts, ses mouvement passant de lents et langoureux à un peu plus rapides.

Je me passe également du gel sur les doigts, écarte ma culotte et commence à me masturber en ne cessant de les regarder.

Elle commence à introduire son pénis dans sa bouche. Goulument, elle le dévore. La respiration d’Esteban devient forte. Mes propres aller-retours s’intensifient

Linda

Au bout de quelques minutes, Esteban me repousse gentiment. J’y suis allée un peu fort, j’avoue. Je risque de casser mon jouet. Il me met debout sur le canapé et enlève d’un seul mouvement mon short et mon string. Je m’assoie sur le haut du canapé et écarte les cuisses, lui offrant une vue magnifique.

Il me saisit par les hanches et commence à me lêcher la vulve. Je jette un coup d’œil à la porte du fond entrouverte. Je suis sûre d’y avoir vu une femme l’autre jour pendant notre rapport. J’y ai vu des ombres bouger, tout comme aujourd’hui.

Je l’imagine sur son lit en train de nous regarder. En petite tenue, en train de se faire plaisir tout en nous regardant. Elle a peut-être même sorti un vibro qu’elle fait glisser sur son clitoris. Si j’écoute bien, je pense entendre un son léger et vibrant.

Esteban introduit deux doigts en moi tout en faisant rouler sa langue sur mon berlingo.

Il me regarde de ses beaux yeux bleus. Je le regarde en lui caressant les cheveux, et en écoutant si je peux entendre un troisième souffle saccadé.

J’ai chaud. Il fait très chaud alors que je suis entièrement nue.

Je repousse sa tête d’entre mes cuisses. Je me retourne, les genoux sur le canapé et m’accoude sur le haut de celui-ci, proposant à Esteban de me prendre en levrette.

Avec cette position, sa colocataire devrait avoir une vue magnifique.

Il me pénètre avec fougue, je mords le canapé tout en écoutant. Le bruit provenant de la chambre a changé. Elle a dû passer au dildo. Elle doit se l’introduire entre ses cuisses humides. Je l’imagine nous regardant tout en se pénétrant, de la même manière qu’Esteban me pénètre.

Il me saisit par les épaules. Ses mouvements sont de plus en plus forts et profonds. J’entend un gémissement féminin provenant de la chambre. Je l’imagine se mordant les lèvres pour atténuer son cri. Je me laisse aller avec eux…

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *