Mibu Gishi Den – Tome 1

Mibu Gishi Den Tome 1 est le premier volet d’une série de manga scénarisée par Asada Jiro et dessinée par le mangaka Nagayasu Takumi. C’est un seinen basé sur des faits réels de l’époque des samouraïs de l’ère d’Edo. Le premier tome est publié par Mangetsu et est disponible depuis le 1er février 2023.

couverture du manga Mibu Gishi Den tome 1 chez mangetsu. Yoshimura Kan'Ichiro en sang.

Synopsis du Tome 1

Hanté par les combats et la mort, Kan’ichirô Yoshimura se déshonore en fuyant le champ de bataille. Avant ce tragique événement, il était connu comme l’une des plus fines lames du Shinsen Gumi. Surnommé par certains « le Démon » ou « l’Égorgeur », cet homme a enduré, pour l’amour des siens, tant les injures que la nécessité de faucher d’innombrables vies. Découvrez l’histoire d’un homme complexe, aux multiples facettes et rongé par les contradictions…

Connaissez-vous le Shinsen Gumi ?

Mibu Gishi Den reprend l’histoire d’un groupe de samouraïs ayant réellement existé au Japon durant la période finale de l’époque d’Edo : le Bakumatsu. Ce groupe de samouraïs, également composé de ronins (samouraïs déserteurs) s’occupait de la sécurité à Kyoto sous l’autorité du Shogun.

Pour un peu plus de contexte, l’époque d’Edo était marquée par le fait que le Japon s’était complètement fermé à l’étranger et interdisait la pratique de la religion chrétienne. C’est alors qu’à partir de l’année 1853, les Américains forcèrent leur entrée dans le pays et apportèrent modernisation et industrialisation aux îles Nippones.

Le Shinsen Gumi fut alors un groupe de puissants soldats et épéistes qualifiés. Considérés comme la milice officielle de Kyoto, ils faisaient régner l’ordre par tous les moyens. Autant vous dire qu’ils ne jouaient pas dans la dentelle !

L’histoire d’un ronin vénal

Yoshimura Kan'Ichiro est blessé et déterminé à rentrer chez lui.

Mibu Gishi Den aura pour principal protagoniste l’un des membres du Shinsen Gumi, Yoshimura Kan’Ichiro. Le personnage de Kan’Ichiro est très complexe. Dès son plus jeune âge, il n’a jamais eu la vie facile. Mais il s’est toujours adapté. C’était un enfant rêveur, qui en voulait toujours plus. Par exemple, il n’était pas en mesure d’aller à l’école, à cause de son statut social. En revanche, il se postait à côté des classes et écoutait attentivement de l’extérieur. Il a donc appris à lire et écrire comme tous les autres enfants.

Eh oui, cela en a étonné plus d’un ! Un samouraï de bas étage lettré et cultivé. Ce n’est pas commun.

Même plus tard, en tant qu’adulte, Kan’Ichiro ne semble jamais satisfait. Son problème à lui, c’est que malgré son travail acharné il ne gagne pas assez d’argent pour faire vivre sa femme et ses enfants convenablement. Ce qu’il souhaite, c’est une vie où il peut offrir à sa femme des vêtements luxueux et une maison confortable à ses enfants. Pour ainsi leur assurer la meilleure des éducations. Tout le contraire de ce que lui a vécu jeune.

Torturé

C’est ainsi qu’il décida de quitter son village, sa famille et ses amis. Il était devenu un paria, un traître, un déserteur.

Sans surprise, nous savons déjà qu’il finira par rejoindre le Shinsen Gumi à Kyoto. En revanche, il mettra quelques années à les atteindre. Le premier tome ne nous donne pas encore d’informations à ce sujet. Nous le découvrirons certainement dans les prochains volumes.

Virtuose

À la lecture de ce manga, dès le premier tome, nous cernons déjà un peu le personnage. C’est un ancien samouraï torturé, qui est prêt à se mettre le monde à dos pour subvenir aux besoins de sa famille. Yoshimura Kan’Ichiro est un personnage discret, qui n’aime pas être sous les feux du projecteur. Malheureusement pour lui, ses aptitudes au combat et sa capacité d’adaptation sont telles qu’il lui sera impossible de rester en retrait. Il se fait remarquer par les plus grands généraux dès ses premières interactions. C’est un combattant exceptionnel, qui intimide et fait peur.

Je ne pourrai dire si c’est un thème récurrent dans les mangas de samouraïs en général, mais je trouve que les personnages qui sont à la fois sensibles et sanguinaires sont très intéressants. Kan’Ichiro fait partie de cette catégorie, nous en sommes presque à nous demander qu’est-ce qui le fait rester au sein du Shinsen Gumi. Oui d’accord, on le sait, mais vous voyez l’idée !

fin du duel entre un général haut placé et kan'ichiro qui aspire le respect.

Mon avis sur Mibu Gishi Den – Tome 1

Dès que l’on parle de samouraïs, je suis toujours cliente ! D’autant plus que Mibu Gishi Den est inspiré de faits réels (dont je n’avais pas la connaissance pour être honnête), ce qui amplifie mon intérêt pour ce manga. D’ailleurs, ce qui est sympa, c’est que pour toute référence aux faits réels passés, il y a des petites notes pour nous préciser le contexte ou la signification de certains termes. Cela nous donne l’impression de vivre en image un moment marquant et historique japonais.

De plus, l’histoire de Yoshimura Kan’Ichiro nous est conté à un moment donné par un autre personnage aux airs comiques, ayant vécu une partie de sa vie auprès de lui. C’est différent de ce que je peux lire d’habitude. Ce style de narration donne encore plus cette impression d’histoire vraie.

Du côté des dessins de Nagayasu Takumi, ils sont, comment dire, très propres. En fait, que ce soit les personnages ou les décors, les traits sont clairs et bien définis. Le mangaka arrive à attirer notre regard là où il faut, surtout lorsqu’il met en évidence les émotions sur un visage. La lecture est donc simple, sans que nous ayons à balayer les cases de tous les côtés.

Pour conclure…

Mibu Gishi Den Tome 1 est le premier volume d’une série inspirée de faits réels historiques japonais. Si vous aimez le thème des samouraïs et les personnages en plein mal-être, c’est une histoire que je vous conseille ! D’autant plus que c’est un moyen ludique d’apprendre une partie de l’histoire du Japon.

Vous devriez Lire aussi
Sakamoto Days - Tome 7

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *