Miroirs

Miroirs est un manga qui regroupe trois histoires, une galerie d’illustrations en couleur ainsi que des interviews sous forme de commentaires exclusifs de la part des deux créateurs, Kaiu  Shirai et Posuka Demizu. Ces derniers sont d’ailleurs connus pour un manga ayant fait sensation ces dernières années : The Promised Neverland. Loin des mangeurs d’hommes et de l’univers mystérieux et terrifiant de ce dernier, les créateurs optent pour la magie et la fantaisie pour la narration de Miroirs, et changer un tantinet de registre pour coller à son objectif principal : s’inspirer de Gabrielle Chanel et lui rendre hommage à travers des pages hautes en personnalité et en couleurs.

SYNOPSIS

Kaiu Shirai et Posuka Demizu, le talentueux duo de The Promised Neverland, nous livre un recueil de trois histoires inspirées de la vie et de la philosophie de Gabrielle Chanel, la créatrice de la prestigieuse marque de luxe au parcours singulier !
Un ouvrage élégant mêlant le noir & blanc à la couleur, complété de pages d’interview dévoilant les coulisses de ce projet atypique à travers de nombreuses anecdotes !

– Quatrième de couverture
Miroirs couverture

Miroirs

Sorti le 15 juin 2022

Prix : 7,99€

Nombre de pages : 192

1 – Sorcières

Coco adore les livres et s’en sert pour nourrir son imaginaire fantastique. Le monde fictif dans lequel elle est spéciale possède des pouvoirs magiques, contrastant avec le monde réel où elle n’est qu’une enfant seule qui ne voit quasiment jamais sa mère qui travaille. Un jour, elle rencontre la sorcière des ciseaux et celle-ci la transforme en adulte. Une grande métamorphose s’effectue alors sur Coco, qui passe d’une jeune fille dessinée en noir et blanc à une jeune adulte dessinée avec des couleurs. Relookée et pomponnée avec soin par des produits Chanel, Coco se réveille aussitôt de son rêve en ayant l’intime conviction que tout est possible, et qu’il suffit juste d’être soi-même. Elle s’empare du parfum Chanel de sa mère et s’en asperge comme s’il s’agissait d’un sort d’invincibilité, un sort pour la rendre plus forte et confiante envers son futur.

2 – Menteuse

Miyu est une jeune femme qui adore se transformer, à l’aide de maquillage ou de vêtements qu’elle ne porterait jamais en temps normal, mais juste pour refléter un personnage qu’elle n’est pas réellement. Ces nombreuses personnalités lui ont permis de rencontrer des hommes mais qui ne voyaient que son apparence et rien d’autre. Jusqu’au jour où elle recroise un homme qu’elle avait rencontré de loin lors d’une réunion de groupe, qui l’a reconnu malgré son changement d’apparence, grâce à son parfum. Celui-ci symbolise ici l’essence de son âme, sa personnalité à l’état pure et il s’agit de la seule chose qu’elle ne change pas lorsqu’elle se transforme en une autre personne. Reconnaître son parfum, c’est reconnaître son essence et lui laisser l’espoir d’une relation qui lui sera bénéfique et de quelqu’un qui pourra l’accepter comme elle est vraiment.

3 – Corneille noire

Kuroiwa est un jeune lycéen qui ne se sent pas bien dans sa peau. Son physique n’est pas considéré comme idéal ; il est petit pour son âge, assez gringalet, et peu importe ses efforts pour changer, il n’y arrive pas. Il étouffe ainsi dans une sorte de cage et ne se sent absolument pas libre de faire ce dont il a envie, persuadé qu’avec un tel physique, tout sera voué à l’échec.

Et puis il rencontre par hasard un de ses camarades de classe lorsqu’il est absorbé dans son dessin d’une corneille, « incolore » comme lui, un jour où il sèche les cours. Son camarade, c’est Shiratori. Un lycéen extraverti que tout le monde apprécie. Alors que les deux jeunes hommes s’en vont faire une virée shopping (Kuroiwa étant entraîné malgré lui), ils se rendent tous les deux compte qu’ils ont un point commun : celui de se sentir étouffé, notamment par des morales ou des conventions qu’ils pensent stupides. Pour en échapper le temps d’une journée, ils décident de s’exprimer par leur tenue et de se vêtir d’une jupe, afin de prouver que tout le monde est libre de s’habiller ou de vivre comme il l’entend.

Le monde incolore de Kuroiwa déborde soudainement de couleurs après ce besoin vital de bousculer les conventions et de pouvoir être lui-même surtout.

Un hommage à Gabrielle Chanel

Les deux auteurs se sont fortement inspirés des valeurs de Gabrielle Chanel, créatrice de la marque de luxe du même nom, pour ces trois nouvelles. Dans les commentaires à la fin du manga, ils expriment qu’ils souhaitaient lui rendre hommage en exprimant les convictions qu’elle avait apportées au monde, ainsi qu’au Japon. Ils retranscrivent alors le fait qu’elle a bouleversé le monde, qu’elle a émancipé les femmes en leur donnant l’opportunité de s’exprimer à travers la mode ou le maquillage. Mais pas que, ils se sont inspirés d’elle pour le non-conformisme et les complexes que peuvent ressentir les hommes également, comme on le voit dans la dernière nouvelle. Kaiu Shirai et Posuka Demizu souhaitaient libérer les hommes à travers Gabrielle Chanel comme cette dernière a libéré les femmes avec ses créations.

Mon avis sur Miroirs

Miroirs est une œuvre qui fait réfléchir sur les valeurs actuelles et sur le fait qu’il est important de se sentir en adéquation avec soi-même, peu importe les jugements. J’ai apprécié les touches de couleurs du manga, lorsque les protagonistes prennent confiance en eux et se sentent enfin libres. C’est comme s’ils se révélaient enfin au monde, j’ai trouvé ça assez touchant ! Les histoires sont courtes mais les intentions des auteurs sont bien amenées à travers les dialogues et les dessins qui sont sublimes. Les illustrations sur deux pages sont elles aussi très réussies et rendent parfaitement hommage à Chanel.

En bref, je recommande absolument cette œuvre, qui est très qualitative non seulement en termes d’histoire mais aussi en termes visuels !

Pour conclure…

Miroirs est un hommage parfait de Gabrielle Chanel mais plus précisément de ses valeurs et de ses convictions, qui sauront même toucher des personnes qui ne sont pas friandes ou intéressées par le luxe en temps normal. Puisqu’il n’est pas réellement question de luxe dans ces récits, mais plus de prendre confiance en soi et de franchir ces limites qui nous empêchent d’être soi-même. Une œuvre très intéressante à lire et à admirer.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.