Rooster Fighter – Tome 4

Bien que 2023 soit l’année du lapin, c’est bien un coq qui est à l’honneur chez Mangetsu en ce début d’année, puisque nous retrouvons Keiji dans le tome 4 de Rooster Fighter qui est sorti le 4 janvier 2023. Après avoir endigué une inondation qui risquait de détruire un village, le temps du repos a sonné pour notre vaillant coq. Mais l’action n’est jamais très loin de notre surpuissant volatile.

"Rooster Fighter" tome 4 Affiche

Keiji, le coq de ses dames

Pour obtenir justice, il se battra bec et griffes ! Cocori-K.-O. !

Dans un Japon ravagé par les kijû, des monstres gigantesques et assoiffés de sang, les humains, complètement démunis face à cette menace sans précédent, vivent chaque jour avec la crainte que celui-ci soit le dernier. Seul un être trouve encore le courage de faire face à ces mystérieuses créatures : un coq, à la détermination sans faille et au cri surpuissant. Son but, retrouver celui qui lui a enlevé la prunelle de ses yeux !

Écrit et dessiné par Shu Sakuratani, Rooster Fighter est un manga qui a su conquérir le cœur des lecteurs de nombreux pays. Action, parodie et humour sont au centre de ce récit survitaminé.

Mangetsu
les "Kijûs" sont les méchants de l'histoire

Imaginez notre monde si celui-ci était peuplé de créatures immenses nommées Kijû, monstres issus des sentiments négatifs des hommes et qui les transforment en bêtes difformes et destructrices. Comment les humains pourraient-ils se prémunir d’un tel fléau ? Vers quel héros pourraient-ils se tourner ? Rooster Fighter nous propose sa version où le héros surpuissant capable de tenir tête aux Kijû n’est autre qu’un… Coq ! Keiji, de son petit nom, est l’archétype même du guerrier solitaire, froid et intraitable, qui vit sa vie comme il l’entend en traquant les Kijûs, ou plus précisément un Kijû blanc, avec un tatouage dans le cou, qui est responsable de la mort de sa petite sœur Sara.

En réalité notre héros est à la recherche d'un seul kijû dans "Rooster Fighter"

N’ayant pas vraiment la fibre d’un sauveur, notre gallinacé ne fait absolument pas ça pour aider son prochain. Au contraire d’Elisabeth, une poule noire extrêmement intelligente et douée pour la technologie, autrefois séduite par Keiji qui l’a abandonnée et qui l’accompagne désormais dans son combat. Ce duo est complété par Piyoko, un poussin femelle élevé par un yakuza qui lui a transmis son code d’honneur. Elle a décidé de voyager avec Keiji dont elle crie haut et fort être amoureuse et se prend souvent le bec avec Elisabeth dont elle est jalouse. De passage dans un village qui risque d’être noyé sous l’eau à cause de la rupture d’un barrage, Keiji sauve la situation au péril de sa vie.

Mon père, ce zéro…

"Keiji" mal en point après son sauvetage de la ville

À présent que l’inondation a été maîtrisée, Keiji aspire à un repos bien mérité. Entre deux combats, il participe donc à un speed-dating entre pigeons qui menace de tourner au fiasco ! Pour ne rien arranger, voilà que Keiji se retrouve bec-à-bec avec un drôle de coq prétendant être son petit frère. Celui-ci est porteur de mauvaises nouvelles : une nouvelle menace gronde, celle des kijin, et la solution pour en venir à bout risque fort de déplaire à notre coq…

Mangetsu

Après son coup d’éclat avec le barrage dans Rooster Fighter tome 3, Keiji devient le héros du village. Alors qu’il repart, Morio, qu’il pensait mort en tentant de retenir le barrage, se dresse pour lui adresser un dernier adieu. Mais à peine le coq a-t-il tourné la crête que Morio se fait attaquer par une mystérieuse jeune femme en costume noir. Ignorant du sort du gentil Kijû, le trio continue sa route et s’offre un repos bien mérité. Lors de cette pause, deux pigeons viennent proposer à Keiji de participer à un blind-date avec des femelles de leur espèce, persuadés que la popularité du volatile est un moyen de séduction. Cependant, le rendez-vous ne va pas forcément se passer comme prévu.

Keiji à la classe dans "Rooster Fighter"

Suite à ça, Piyoko tente de devenir, elle aussi, une héroïne pour ne pas être un poids pour son “chéri”. Après avoir pris la défense d’un lézard contre une bande de ses congénères, le chef de la bande se transforme en Kijû et c’est encore Keiji qui intervient pour sauver la situation. Au fond du trou, le poussin s’isole et, tandis que Keiji et Elisabeth s’interrogent sur son comportement, un coq inconnu débarque et s’écroule après avoir affirmé être le petit frère du héros. Une fois remis sur patte, Keisuke explique au trio qu’il est le demi-frère du coq et qu’il parcourt le monde avec leur père pour exterminer les Kijû, en tant que derniers représentants du clan Goshikidori.

"Keisuke" le demi-frère du héros

Seulement voilà, leur père a été fait prisonnier par des Kijins, des êtres humains dotés de pouvoirs semblables aux Kijû, mais sans leur apparence monstrueuse, et qui semble pouvoir contrôler ces derniers. Keiji passera-t-il outre la haine de son père qui les a abandonnés pour aider son frère dans son combat ? Rien n’est moins sûr et il faudra attendre le prochain volume de Rooster Fighter pour avoir la réponse.

Découvrez un extrait de Rooster Fighter – Tome 4 ici !

Tu cotcot fili

"Piyoko" cherche à devenir elle aussi une héroïne
Le poussin tombe souvent sur un os dans "Rooster Fighter"

Maintenant que l’histoire est bien installée, Shu Sakuratani passe à la vitesse supérieure en intégrant de nouveaux mystères à l’intrigue. Je dois avouer que cela relance considérablement l’intérêt, en sortant Rooster Fighter de ce schéma d’une ville, un ou des humains à aider et un ennemi à combattre. Avec l’implémentation de nouveaux ennemis plus difficilement identifiables et qui paraissent agir en groupe (au nom de qui ou de quoi, mystère !), et le début de question sur Piyoko qui ne grandit pas, voilà de quoi mettre notre cervelle en ébullition jusqu’au prochain tome de Rooster Fighter.

Kijûs et "Kijins" font face à keisuke

Autre point intéressant de ce volume, la filiation de Keiji qui nous est révélée avec l’apparition d’un demi-frère. Avec la faculté du mangaka de pousser l’anthropomorphisme assez loin, je me suis aperçue que bien souvent au cours de ma lecture, j’oubliais parfois le statut animal de nos héros pour m’identifier à eux. Ainsi, si j’ai bien compris les raisons de la haine que voue Keiji à son père, force est de reconnaître que le volatile ressemble énormément à son géniteur dans son rapport aux femelles et dans sa façon de vivre sa vie. Il lui reproche donc quelque chose qu’il aurait tout à fait été capable de faire.

La méthode de séduction du coq laisse à désirer dans "Rooster Fighter"

Comme d’habitude, on retrouve la patte graphique de Shu Sakuratani toujours en pleine forme et l’humour léger apporté par Elisabeth, en lutte contre ses sentiments, et Piyoko avec son exubérance, permet au manga de toujours faire passer ses messages intelligemment. Je suis toujours aussi accro et j’attends de savoir vers où le mangaka va nous emmener par la suite avec ce clan millénaire composé de volailles et cette organisation de Kijins. Quant à l’influence que Keisuke aura sur Keiji et leurs retrouvailles avec leur géniteur, cela promet d’être plus qu’intéressant.

Keisuke est lui aussi un puissant combattant dans "Rooster Fighter"
Pour conclure…

Ce tome 4 de Rooster Fighter est au niveau des trois qui l’ont précédé : excellent. Avec l’ajout de nouveaux ennemis plus coriaces et semblant avoir un lien avec les Kijûs et la révélation de l’appartenance de Keiji à un clan ancestral de coqs, Shu Sakuratani change un peu la formule devenue routinière d’une ville, un ennemi, en incluant sa trame dans quelque chose de plus grand. Du coup, on trépigne d’impatience d’en savoir plus, mais il faudra s’armer de patience puisque la sortie du tome 5 n’est toujours pas connue actuellement.

Vous devriez Lire aussi
Killing Stalking - Tome 4

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *