Short Peace – Tome 1

Short Peace est un manga écrit par Yûgo Kobayashi, l’auteur d’Ao Ashi, dont le premier chapitre est sorti en 2014 au Japon. Le manga suit les aventures du club de cinéma d’un lycée, et plus particulièrement de Kiyoharu Onda qui en est à sa tête.

Short Peace "couverture"
Short Peace "quatrième de couverture"

Résumé

Passionné de cinéma, Kiyoharu Onda dirige le club de cinéma de son lycée, qui a remporté le premier prix à un festival reconnu dans le milieu. De tournage en tournage, Kiyoharu fait la rencontre de personnalités variées, qu’il se donne pour mission d’accompagner. Groupe de musique sur le déclin, ex-vedette doutant de son talent, fils complexé d’un photographe de génie qui l’a abandonné… Tous se frottent au caractère entier et excentrique du jeune réalisateur-scénariste prodige et ressortent de l’expérience transformés.

Quatrième de couverture

Qu’est-ce que Short Peace ?

Après Fermat Kitchen sorti le 11 octobre dernier, Mangetsu nous gâte avec une nouvelle œuvre de Yûgo Kobayashi. Enfin pas si nouvelle que ça. En effet, Short Peace est l’une des premières histoires pré-publiées de Yûgo Kobayashi dans le Monthly Big Comic Spirits en 2014. Il aura donc fallu presque 10 ans pour que l’on se retrouve avec ce manga entre les mains ! Et oui, à la différence de Fermat Kitchen qui est sorti en parallèle d’Ao Ashi, Short Peace a commencé sa prépublication avant. 

A priori, Short Peace est un one shot. Il aura fallu attendre 3 ans pour que Yûgo Kobayashi arrive à écrire les trois histoires courtes des cinq chapitres qui le composent. Cependant, vous aurez sans doute noté la présence d’un 1 sur la couverture. C’est dû au fait que l’auteur n’exclut pas le fait d’écrire une suite un jour, même si ce n’est pas au programme pour l’instant. Donc qui sait, peut-être que dans dix ans on aura le droit à un deuxième tome ? 

Et si vous voulez en savoir plus sur Ao Ashi et Short Peace, rendez-vous à la fin de ce tome avec un chapitre bonus sur les origines de ces derniers, le tout avec des anecdotes sympas.

"Extrait" de Short Peace

Les trois histoires courtes de Short Peace

Dans la première histoire de Short Peace, on fait la rencontre des protagonistes du club de cinéma, mais également des premières personnes qu’ils vont aider. Kiyoharu Onda et ses camarades vont alors aider un groupe de musique en réalisant le clip d’une de leur chanson. Cependant, au travers des cases, on va vite se rendre compte que le groupe a un problème avec son producteur musical qui ne respecte pas le travail des musiciens et veut les pousser à faire des musiques commerciales. 

La deuxième histoire, composée de deux chapitres, aborde le thème des traumatismes d’une ancienne enfant-star, Hikari, placée devant les caméras dès son plus jeune âge. Cette dernière intègre le lycée de nos protagonistes du club de cinéma. Elle qui s’était jurée de ne plus jouer dans des films, va à nouveau se retrouver devant les caméras, mais celle de Kiyoharu Onda cette fois.

La troisième et dernière histoire de Short Peace raconte l’histoire d’un élève du lycée : Kaname. Ce dernier est le fils d’un photographe de génie décédé prématurément qui avait délaissé sa femme et son enfant au profit de son travail. Kiyoharu décèle les talents de cadreur de Kaname et va tout faire pour le recruter dans le club de cinéma.

"Premier" chapitre
"Deuxième" chapitre
"Quatrième" chapitre

Des dessins de qualité

Bien que Short Peace soit l’un des premiers mangas de Yûgo Kobayashi, la qualité de sa ligne était déjà incroyable à l’époque. Et pourtant, entre les 3 années qui séparent le premier et le cinquième chapitre, on voit quand même une progression folle dans le dessin. L’auteur partait déjà avec un trait haut niveau, et pourtant il a réussi à s’améliorer encore plus ! 

Tout comme dans Fermat Kitchen et Ao Ashi, les planches sont très bien composées, on sent que tout est pensé à la case prêt. Les trames sont posées intelligemment pour apporter du contraste et chaque petit trait est parfaitement à sa place. Les décors, les perspectives, les plans larges sur la ville, les plantes et même les nuages, tout est travaillé à la perfection. 

Bref, on ressent tout le talent de Yûgo Kobayashi à chacune des cases. 

Mais ce qui me plaît le plus dans le travail de l’auteur, c’est l’expressivité des personnages. Contrairement à beaucoup de mangas où les personnages sont faits à la ligne claire, Yûgo Kobayashi crée ses personnages avec une multitude de traits ce qui les rend supers vivants. Et forcément, leurs expressions faciales en ressortent bien plus puissantes. 

"Expression" 01
"Expression" 02

Mon avis sur Short Peace – Tome 1

Short Peace est une œuvre vraiment rafraîchissante. Il n’y a que très peu de mangas qui traitent du sujet du cinéma. Il faut bien avouer que Short Peace aborde ce thème d’une manière sympa et pas prise de tête. On découvre trois histoires courtes différentes au cours des cinq chapitres du manga. Chacune de ces histoires nous présente de nouveaux personnages qui tentent de surmonter leurs peines et leurs blessures, mais le tout fait d’une manière très douce. 

En plus de l’histoire qui est très agréable à lire, la qualité du dessin est évidemment un énorme plus pour le manga. C’est bien d’avoir une bonne histoire, mais si le dessin ne suit pas, c’est toujours plus compliqué de rentrer à fond dedans. Ici, le combo bonne histoire et dessin de qualité rend le manga addictif. Tellement addictif que je suis un peu triste de savoir que Short Peace n’aura potentiellement jamais de suite, car on s’attache rapidement aux personnages qui sont supers touchants.

Pour conclure…

Short Peace est encore une fois une excellente œuvre de Yûgo Kobayashi. Le thème du cinéma est abordé de manière ludique et les personnages sont touchants. Les dessins sont impeccables et la composition des planches est travaillée. Bref, c’est un sans faute pour Short Peace. Enfin, dommage qu’il n’y ait pas de suite prévue pour le moment.

Vous devriez Lire aussi
La Voie des Druides

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *