Tower of God T05

"Tower of God" couverture du tome 5

À la base publié sur la plateforme Webtoon de Naver, Tower of God est un manhwa Sud Coréen créé par SIU (Lee Jong-hui de son vrai nom). À l’heure où je vous parle, la série compte 3 saisons et 437 épisodes sur la plateforme et a même été adaptée en animé au vu de son énorme succès. C’est donc tout naturellement que les éditions Ototo se sont emparées du phénomène pour en sortir une version brochée qui en est à son 5ème volume. Voyons donc un peu plus en profondeur de quoi il s’agit.

Bien bas tombe qui trop haut monte

"Bam" entre dans la tour pour retrouver Rachel

Bam n’a jamais connu que les ténèbres, jusqu’au jour où il rencontre Rachel, une jeune femme chaleureuse qui va lui transmettre une partie de son savoir. C’est pourquoi lorsque Rachel décide de partir à l’ascension de la Tour de Dieu, c’est comme si le soleil lui-même disparaissait. Ainsi débute le voyage de Bam, qui dans le seul but de retrouver son amie, va tenter de braver les périls de cette titanesque tour au sommet de laquelle se trouve tout ce qu’un humain peut désirer.

Ototo

Tower of God nous narre l’histoire de Bam, un garçon qui a vécu isolé toute sa vie dans les ténèbres pour des raisons mystérieuses. Aussi, quand son unique amie Rachel est choisie pour entrer dans la tour, il n’y réfléchit pas à deux fois avant de se lancer à sa poursuite. Malheureusement pour Bam, seuls ceux qui sont choisis par la tour, et nommés les Réguliers, peuvent tenter d’en gravir les étages. Il existe toutefois une exception : les Irréguliers. Ces êtres, très souvent d’une grande puissance, arrivent à ouvrir les portes de la tour par leur propre volonté.

"Rachel" est la seule amie de Bam

Mû par le désir impérieux de revoir son amie, Bam va réussir à entrer dans la tour. Seulement voilà, il ne semble pas doté de pouvoirs et ne parvient à exécuter le premier test que grâce à l’aide de Yuri, une des princesses de Jahad, intriguée par le jeune homme. Ayant décidé de cacher coûte que coûte son statut d’Irrégulier, au vu de la mauvaise réputation de ceux-ci auprès des habitants de la tour, Bam va entreprendre de monter les étages et se faire des alliés en chemin. Mais la tour, haute de 135 étages connus, lui réserve encore bien des surprises…

Découvrez notre avis sur Lore Olympus volume 1 ici

C’est alors que Dieu dit : que la Tour soit…

Avec Tower of God, SIU a le projet affiché de mettre en place un univers étendu appelé Talse Uzer Story. Son principe est simple : le monde est composé de plusieurs contes centraux et ces contes sont immuables. Une fois écrit, un conte fige définitivement le passé et restreint grandement les possibilités de l’avenir, s’opposant à la croyance populaire que le futur offre des directions infinies. Pour l’instant, Tower of God est la première et l’unique pierre à cet édifice made in SIU, mais gageons que ce ne sera certainement pas la dernière. Derrière cet étonnant nom de plume, anagramme de « Slave. In. Utero », se cache un homme de 36 ans, Lee Jong-hui, diplômé en enseignement de l’art à l’Université. Enrôlé pour effectuer son service militaire (obligatoire en Corée du Sud), c’est durant ces deux années qu’il posera les bases de Tower of God.

À la fin de sa conscription, il rejoint la vie civile avec des dizaines de carnets de croquis remplis et une histoire qu’il va proposer pendant six mois au Naver’s Challenge League, avant que la plateforme le contacte pour publier officiellement son manhwa. Si je vous raconte tout ça, c’est pour recontextualiser la création de Tower of God et mettre en exergue les influences qui ont servi à SIU dans le récit.

En effet, la tour est un élément central du récit. Les gens vivent soit dans sa périphérie immédiate, soit pour quelques élus, à l’intérieur. De plus, les règles en vigueur, les tests ainsi que la hiérarchie qui y sont mis en place, auxquels toute transgression est punie de mort, rappellent fortement un contexte militaire. Même si nous n’en sommes qu’au balbutiement de l’intrigue, on peut déjà se douter que Tower of God deviendra, par la suite, bien plus qu’un simple manhwa d’action.

… Et la Tour fut !

Quand j’ai commencé la lecture de Tower of God, je n’ai pas vraiment accroché. Le style de dessin de SIU est très scolaire, l’intrigue est assez convenue au départ et l’histoire démarre lentement, les 4 premiers tomes servant à introduire les personnages et étant centrés sur les tests à réussir pour passer au niveau suivant. Bref, un manhwa d’action assez oubliable. Toutefois, pour les besoins de cet article, j’ai été me documenter sur les raisons du succès de Tower of God (que je ne comprenais pas). C’est là que j’ai découvert qu’avec ce tome 5, nous n’en sommes qu’aux prémisses de ce que l’intrigue va déployer. En gros, le plus intéressant reste à venir et c’est assez logique quand on pense au nombre de chapitres déjà écrits.

Tower of God est une série au long court, dans laquelle l’auteur prend délibérément son temps, quitte à laisser des lecteurs (comme moi) sur le bord de la route. Ceci étant, je compte bien persister dans ma lecture du manhwa, afin de pouvoir découvrir cet univers et ses références sous-jacentes que j’ai entrevue miroiter sur le net. Pour l’instant, seule la filiation entre la tour de Tower of God et celle de Babel m’apparaît clairement, mais nous en savons encore trop peu à ce stade de l’intrigue pour faire une analyse précise des aventures de Bam et de ses amis. Je vais donc laisser à cette œuvre le temps de s’installer et voir par la suite si ce manhwa peut me faire changer d’avis, ou pas. En attendant, « wait and see »…

Les réguliers apprendrons à se servir de leur pouvoir dans "Tower of God"

Retrouvez notre critique de Crush of Lifetime ici

Pour conclure…

Tower of God est un manhwa d’action très classique à la base, que ce soit dans sa construction ou dans son histoire. Comme il faut bien commencer quelque part et laisser le temps à l’intrigue de s’installer, je vous suggère la patience tout en parcourant les premiers volumes indispensables à une bonne compréhension. De l’avis de beaucoup, le récit gagne en puissance au fil des chapitres, une excellente raison de persévérer dans la lecture. Attendons donc le prochain tome et on en reparle.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.