Butterfly Beast II – Tome 4

Butterfly Beast II (Chōjū Gitan II) – Tome 4 de Nagate Yuka est paru en France le 6 Juillet 2022 dans la collection Seinen des éditions Mangetsu.

Synopsis

Alors que l’ombre des groupes chrétiens clandestins plane encore sur Edo, un mystérieux informateur divulgue aux shinobis dévoyés des informations sur Ochō et ses collègues chasseurs. Pour démasquer cette source haut placée, Ochō devra tout risquer au cours d’une mission d’infiltration en solo dans un véritable nid de vipères !

Nouvelle mission d’infiltration

Dans le tome 4 de Butterfly Beast II, Ochō se retrouve de nouveau sur une mission d’espionnage et d’infiltration. Jin’Emon ayant eu vent que des chrétiens avaient réussi à intégrer le personnel au palais du Shogun, il souhaite agir rapidement. Car si des chrétiens sont présents, nul doute que le Padre et Kazuma soient impliqués.

Le seul moyen pour eux de s’infiltrer dans le palais est de rejoindre le cercle fermé de l’Ôoku.

L’Ôoku, ou le Grand Harem traduit en français, accueille dans un pavillon du château toutes les femmes nobles (ainsi que leurs servantes) du palais. Un seul homme est autorisé à y pénétrer : le Shogun.

Ocho entre dans le ooku, des dizaines de femmes en kimono discutent entre elles

Ochō étant la seule femme de la bande de Jin’Emon, elle se voit rapidement assignée cette tâche. D’autant plus que son expérience en tant que femme de plaisir est un atout non négligeable pour cette mission.

Retrouvez notre article sur le Tome 3 ici, pour vous rafraîchir un peu la mémoire ^^

Découverte de nouveaux personnages

Dans ce tome 4 de Butterfly Beast II, nous faisons la découverte de nouveaux personnages.

D’abord, un artiste un peu dérangé du nom de Gonnosuke Yamada qui fait une entrée assez fracassante. Motivé par son désir de peindre son plus grand chef-d’œuvre sur le dos d’Ochō, il fait irruption dans sa chambre sans être annoncé.

Tout comme Ochō, nous nous demandons qui peut bien être cet énergumène. Son rôle dans l’histoire est assez mystérieux car, pour ma part, je n’ai pas très bien compris en quoi son intervention allait propulser l’intrigue de ce tome. La réponse nous sera partagée par la suite en évoquant un lien fort entre le peintre et un ancien amant d’Ochō.

Ensuite, nous découvrons le personnage de Dame Kasuga, la femme à l’origine de la création de l’espace sacré réservé aux femmes du château d’Edo. C’est une personne intimidante et respectée non seulement au sein de l’Ôoku, mais également auprès du Shogun qui apprécie ses conseils en politique.

Double page avec le Shogun, sire Iemitsu au centre.

Enfin, le dernier personnage à ne pas manquer est le Shogun lui-même. Ochō, comme la plupart des personnes qui n’ont jamais eu l’occasion de rencontrer ce dirigeant, le dépeint comme un homme terrifiant et ignoble. Elle aura le privilège de rencontrer ce haut dignitaire en personne. Est-il ce que l’on dépeint de lui ? Ochō est-elle en danger ?

Lire aussi  Monstrueux

Eh bien, ce que je peux vous dire, c’est que personne ne s’attendait à ce qu’il va se passer !

Ochō se retrouve souvent dans des situations inattendues, son sang froid et son expérience du combat lui permettent de surmonter chaque épreuve. Néanmoins, il est certain que pour quelques scénarios, elle a eu beaucoup de chance de tomber sur des personnes bienfaisantes.

Entre sentiments timides et non partagés

La courtisane et Kunoichi Ochō a parcouru du chemin et rencontré de nombreux partenaires au fil de ses aventures. Certains lui ont laissé de sacrées séquelles (plus besoin de mentionner l’affreux Kazuma. Si ?). Heureusement, d’autres lui ont apporté du positif. Des souvenirs agréables auxquels elle peut se raccrocher et oublier ses peines.

En outre, Raizo apparaît de plus en plus comme une épaule sur laquelle Ochō peut se reposer et une oreille attentive vers laquelle se confier.

Pour ma part, il y a quelque chose entre eux. Bien sûr, je ne peux le confirmer, car pour cela il faudrait lire la suite, mais je le sens bien. Toutefois, si rien de plus ne se passe, j’espère au moins qu’ils resteront partenaires chasseurs puisque leur duo est pur, sincère et adorable.

Ocho discute avec Raizo, et le remercie en pleurant.

À l’inverse de la relation entre Raizo et Ochō, nous avons celle d’Ayame et du Padre. Souvenez-vous, Ayame fut un temps une courtisane dans l’établissement de Jin’Emon, et également une grande admiratrice d’Ochō. Tombée sous le charme du Padre, elle se rangea du côté de l’ennemi, par amour. Cependant, ses sentiments non réciproques l’attristent mais, malgré cela, son désir est plus fort. Ayame continue d’espérer et préfère rester aux côtés de son bien aimé.

Mon avis sur Butterfly Beast II – Tome 4

Encore une mission pour notre Kunoichi favorite ! Ce que je retiens de ce tome, c’est qu’Ochō a beaucoup de chance, même si je ne réfute en aucun cas ses compétences de combattante. Car dans la plupart des situations dans lesquelles elle se retrouve, le combat n’est pas la meilleure des réponses. Le tome 4 de Butterfly Beast II ne nous déçoit pas dans le sens où on retrouve une protagoniste puissante et farouche, qui fera tout pour mener à bien ses missions. Petite frustration du côté de sa relation mystérieuse avec Raizo, mais je crois à une évolution un peu plus concrète dans les tomes à venir !

Pour conclure…

Le tome 4 de Butterfly Beast II continue de nous faire découvrir l’histoire de l’arrivée des chrétiens au pays du soleil levant. Sans oublier de nous fournir des faits et coutumes du Japon médiéval. La kunoichi Ochō est toujours motivée à trouver les shinobis réprouvés afin de mettre fin à cette rébellion.

Le tome 5 sera disponible à partir du 7 Septembre 2022, toujours chez Mangetsu. Alors soyez patients !

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *