Un amour d’hiver

Un amour d’hiver est un film sorti le 12 mars 2014 et réalisé par Akiva Goldsman.  Dans le New York du XXème siècle, l’histoire raconte comment Peter, un jeune voleur, tombe éperdument amoureux de Beverly. Cependant, le destin va en décider autrement et les jeunes amoureux seront séparés. Mais si vous croyez aux miracles, alors tout est possible !

Synopsis

Une adaptation née de la douleur…

Comme pour beaucoup de longs-métrages, Un Amour d’Hiver est lui aussi tiré d’un roman. Publié en 1983, celui-ci ne s’appelle pas comme le film mais “Contes d’hiver”. Il a été adapté au cinéma à la suite d’un drame. Le scénariste et réalisateur, Akiva Goldsman, à qui l’on doit entre autre “Les mémoires d’une Geisha”, a perdu sa femme. Il s’est donc plus ou moins identifié au personnage principal et a ainsi plus ou moins pu apaiser un peu sa peine.

Un amour d’hiver : une très belle histoire malgré l’intrigue

Le film raconte en effet un amour maudit, dans lequel les deux amants devront affronter de nombreux obstacles et même la mort. Pourtant, ce film est beau et parle de divers sujets tels que l’espoir, le temps, la maladie, et bien sur la mort.

Le combat d’une vie

La douce Beverly est atteinte de tuberculose et, à l’époque, cette maladie tue beaucoup de personnes car elle ne se soignait pas. Dans 85% des cas, elle touche les poumons, et c’est cette variante-là que possède Beverly. Cependant, il existe d’autres formes et elles touchent d’autres organes. Pour les symptômes, son histoire ainsi que comment on la guérit, je vous mets le petit lien Wikipédia juste ici.

Des années plus tard, une autre maladie fait son apparition et elle est aussi mortelle que la première : le cancer… Ayant différentes formes, il peut toucher n’importe quel organe (voire même plusieurs). C’est notre nouveau fléau, car personne n’est épargné et on n’arrive malheureusement pas à tous les guérir.

Dans le film, en plus de Beverly, une autre personne est souffrante. Et toutes les deux se battent avec acharnement contre leur maladie. Ce n’est pas facile, que ce soit pour le patient ou bien les proches. Mais ce film est un très bel hommage à tous ces malades qui, chaque jour, luttent pour vivre.

Un petit mot sur le casting d’un amour d’hiver…

Pour un “petit” film qui ne paye pas de mine et dont l’intrigue semble assez “classique”, il y a pourtant deux grands acteurs qui jouent dedans : Colin Farrell, dans le rôle du héros, et Will Smith, dans le rôle du Juge / Diable. Et pour une fois  que ce dernier ne tient pas le premier rôle et ne monopolise pas l’attention, ça fait un bien fou.

Mon rapport à la maladie

Comme je l’évoquais précédemment, le cancer touche n’importe qui et surtout n’importe quand. Il se contrefiche de l’âge, de la religion ou bien de la couleur de votre peau. Et ma famille, comme beaucoup d’autres, n’a pas été épargnée… Il a emporté voilà maintenant 5 ans le grand-père de ma moitié, que je considérais comme mon propre grand-père. Une de mes tantes paternelle en a un (généralisé à l’ensemble de son corps) depuis plus de 10 ans. Elle suit toujours un traitement et vit avec une épée de Damoclès au-dessus d’elle. Et plus récemment, ma maman… Malheureusement, celui qu’elle possède n’est pas “curable”. Elle doit donc faire des traitements jusqu’à la fin… Même si elle essaye de dédramatiser la situation afin de nous “protéger” ma petite sœur et moi, je sais qu’elle souffre et que ce n’est pas facile pour elle. Ce que je peux faire, c’est d’être là pour elle et la soutenir.

L’espoir dans un amour d’hiver

Pour en revenir au film, sachez qu’il se termine bien. Il permet de redonner du courage, mais surtout de l’espoir qu’un jour, toutes ces fichues maladies seront maîtrisées. La recherche avance, mais cela demande du temps en plus des financements. Il est sûrement trop tard pour mes proches, mais pour les générations futures rien n’est perdu.

Petite anecdote personnelle sur le film

Afin de terminer sur une touche plus “agréable”, quand j’étais à New York durant l’été 2016 et que j’ai visité la gare, j’ai tout de suite pensé à ce film et je vais vous dire pourquoi ! La gare de New York, située en plein centre, possède un magnifique plafond bleu. Mais ce n’est pas tout… Celui-ci comporte une multitude d’étoiles qui forment les différentes constellations. C’est magnifique ! Et dans le film, (bon ok je vais vous spoiler un peu), Peter vit dans cette gare. Bien sûr, il y a un très beau plan sur ce fameux plafond. Je vous rassure, durant mon séjour, je ne suis rentrée dans personne même si j’avais la tête dans les étoiles, si je puis dire…

Pour conclure…

Un amour d’hiver est sorti dans les salles obscures en 2014. S’il a été longtemps disponible sur Netflix, ce n’est malheureusement plus le cas. Cependant, le DVD est très abordable et est affiché à moins de 10€ sur Amazon. Je vous recommande de prendre un bon gros paquet de mouchoirs, une bonne tasse de chocolat chaud et enfin un plaid. Si vous avez un petit cœur de chamallow comme moi, il est fait pour vous.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *