Fool Night – Tome 4

Dans le dernier tome de Fool Night, nous avions vu la fin de la traque du tueur en série Ivy, un tueur un peu spécial puisqu’il s’agissait d’un être transfloré encore capable de se mouvoir. Dans le tome 4 de Fool Night, disponible depuis le 15 mars 2023, Toshiro et ses collègues de l’Institut de transfloraison vont devoir se justifier de leurs actes devant les autorités, mais, persuadés que cette affaire cache un secret bien plus important, ils vont commencer à enquêter pour mettre à jour la vérité.

"Fool Night"tome 4 couverture

Eternal Darkness

 Dystopie florale

Depuis cent ans, un épais nuage empêche le soleil d’éclairer la Terre. La nuit et l’hiver se prolongèrent à jamais et la plupart des végétaux périrent. L’humanité plaça ses espoirs dans la technique de “transfloraison”, consistant à transformer un humain en plante. Bien évidemment, ces opérations sont limitées aux personnes en fin de vie, pour une raison éthique… Mais lorsqu’une prime de dix millions de yens est accordée aux volontaires, certains n’hésitent pas à contourner les règles pour s’inscrire sur les listes. Toshiro est l’un d’entre eux : sans aucun avenir et fatigué de la vie, il va choisir de se transformer en plante. Mais cette opération va lui accorder des talents qu’il ne soupçonnait pas !

Glénat
"Fool Night" nous présente un monde de ténèbres

Après des siècles de pollution, l’Humanité a commis l’erreur de trop et le monde se retrouve plongé dans les ténèbres, un dense nuage noir empêchant le soleil d’éclairer la Terre. Dommage collatéral, tous les végétaux, privés de lumières, ont dépéri provoquant un appauvrissement conséquent en oxygène de l’air ambiant. C’est ce monde chaotique, aux portes de la mort, que nous décrit Fool Night, via le regard désabusé de son héros : Toshiro. Car malgré cela l’Homme n’a pas disparu, non, il s’est au contraire adapté pour survivre en créant une technique révolutionnaire permettant de transformer l’être humain en plante : la transfloraison.

La "transfloraison" permet de transformer les humains en plantes
"Yomiko" est contre l'idée de Toshiro de se faire transflorer

Mais ce procédé ne comporte pas que des avantages, puisque si les plantes ainsi obtenues ne demandent que très peu de lumière pour vivre et produire de l’oxygène, la personne transflorée devient en l’espace de trois ans une plante à part entière et “meurt” donc en tant qu’humain. C’est le choix qu’est poussé à faire Toshiro pour se sortir de la détresse sociale et de la misère dans laquelle il vit, appâter par la prime de dix millions de yens promise aux transflorés. Seulement voilà, la transfloraison n’est accessible qu’aux personnes mourantes, ce qui n’arrête pas le jeune homme qui réussit à se faire opérer au grand dam de son amie d’enfance Yomiko qui travaille pour l’Institut. Il ne reste désormais plus que quelques années à Toshiro avant de devenir une plante et il cherche désormais à apporter du sens à ce qui lui reste de vie.

"Toshiro" se découvre des pouvoirs spéciaux suite à son opération
FOOL NIGHT © 2021 Kasumi YASUDA / SHOGAKUKAN

Employé temporaire à l’institut de transfloraison, il se rend compte qu’il a dorénavant le pouvoir unique de communiquer avec les transflorés, ce qui lui permet de mener à bien certaines missions au nom de son employeur. C’est alors qu’un tueur en série d’un genre nouveau fait son apparition, puisqu’il s’agit d’un humain transfloré ayant fini sa mutation et pourtant toujours capable d’agir et de se déplacer. Mais quand ce meurtrier, surnommé Ivy par la police, s’en prend à Yomiko, Toshiro se joint à la lutte pour venger son amie blessée, quitte à utiliser ses pouvoirs bien au-delà de ses limites.

Tous les moyens sont bon pour traquer Ivy dans "Fool Night"
FOOL NIGHT © 2021 Kasumi YASUDA / SHOGAKUKAN

Retrouvez notre avis sur Fool Night – Tomes 1 & 2 ici !

La petite politique des horreurs

Dans un futur lointain, la Terre se retrouve privée de lumière naturelle et d’oxygène. Son seul espoir réside dans la transfloraison, un procédé qui permet aux humains de devenir des végétaux nommés sanctiflores. Après sa confrontation avec la sanctiflore Ivy, Toshiro enquête sur les origines du petit garçon avant qu’il ne soit transfloré. Trouvera-t-il les raisons qui l’ont poussé à devenir un tueur en série ?

Glénat
Suite à la destruction d'Ivy les membres de l'institut vont devoir s'expliquer dans "Fool Night"
FOOL NIGHT © 2021 Kasumi YASUDA / SHOGAKUKAN

Après la mort d’Ivy, brûlé par Toshiro, les principaux concernés sont convoqués dans les sous-sols de l’hôpital, dans lequel sont soignés les blessés, par la police qui compte bien mettre tout ce petit monde en face de leur responsabilité. Montré du doigt comme le principal fautif, notre héros, soutenu par ses collègues, n’écope finalement que de trois mois de suspension professionnelle. Alors que l’opinion semble se ranger du côté du parti anti-transfloraison suite à sa découverte de la nature du tueur en série, Toshiro est bien décidé à se rendre dans la ville précaire, lieu de naissance du petit garçon, afin de comprendre comment il a pu être transformé et quelles sont ses motivations profondes.

La police est furieuse dans "Fool Night"
FOOL NIGHT © 2021 Kasumi YASUDA / SHOGAKUKAN

Accompagné d’Akira son supérieur et de Kanaeno la garde du corps de celui-ci, il se rend dans le bidonville dans lequel finissent ceux qui n’ont plus les moyens de rester en ville. Là, il va découvrir un monde glacé où le bien commun prime sur l’individualité et où chaque vie peut être prise pour servir les intérêts du plus grand nombre. Sur la piste de Mukuru Izumi (le vrai nom d’Ivy), les deux employés de l’Institut et l’ancienne militaire vont faire une découverte capitale. Et si Ivy n’avait été créé que dans le but de soulever les foules contre la transfloraison ?    

Lisez un extrait de Fool Night – Tome 4 ici !

Les fleurs du mal

J’en suis désormais au quatrième tome de Fool Night, et comme toujours les sentiments à la lecture de ce quatrième volume sont confus. Il est certain que la découverte de la véritable identité d’Ivy à la fin du tome 3, m’avait amené à ressentir une forte empathie avec ce petit garçon devenu une arme meurtrière malgré lui. Au vu des éléments apportés dans le manga, c’est à présent la colère qui domine, puisqu’on en apprend plus sur la création ainsi que sur les motivations de l’enfant à avoir accepté ce sort injuste. Il passe donc du statut de tueur à celui de victime, même s’il reste responsable des atrocités qu’il a commises.

Akira et sa garde du corps Kanaeno dans "Fool Night"
FOOL NIGHT © 2021 Kasumi YASUDA / SHOGAKUKAN

Je n’avais pas vraiment compris l’introduction de deux personnages dans le Tome 3 de Fool Night, celui d’un père et de sa fille que nous voyions vivre leur vie quotidienne, rythmée par les soucis d’argent du père et la suffisance de sa fille ignorante de ce fait. Naïvement, je pensais qu’ils n’étaient là que pour illustrer le versant politique du manga, qui prend une place prépondérante dans ce dernier volume. Mais en fait il n’en est rien, puisque leur parcours va les amener dans la ville précaire en parallèle de la visite de Toshiro et va nous permettre de nous rendre compte de l’intérieur de ce qui se passe réellement dans le bidonville. D’ailleurs le contraste entre la cité où se trouve l’Institut et la ville précaire est super intéressant, car si dans le premier cas c’est l’individu qui l’emporte sur tout, dans la ville précaire, c’est le groupe qui prime sur l’individualité.

Des personnages dont la dscente aux enfers s'amorce dans "Fool Night"
FOOL NIGHT © 2021 Kasumi YASUDA / SHOGAKUKAN

Ainsi aucun de ses habitants (rejetés par la société) n’a plus rien, jusqu’à leur vie qui ne leur appartient plus et ne sert qu’à rapporter de quoi faire vivre le groupe. Dans Fool Night, Kasumi Yasuda dépeignait déjà un monde chaotique au bord de l’asphyxie, avec la ville précaire, on franchit un nouveau cap dans ce no man’s land ténébreux, face sombre de la société et pourtant indispensable à son existence. Même si je ne suis pas friande de politique, que ce soit IRL ou dans la fiction, Fool Night arrive à ne pas minimiser mon intérêt pour son intrigue et ça, ce n’était pas gagné, tant la lecture de chaque tome me bouscule à chaque fois.

Akira rêve du monde d'avant dans "Fool Night"
FOOL NIGHT © 2021 Kasumi YASUDA / SHOGAKUKAN
Pour conclure…

Encore un tome de Fool Night dans la lignée des précédents, même si celui-ci commence à faire une belle place aux intrigues politiques sous-jacentes à l’histoire principale. En plongeant son monde dans les affres d’une guerre idéologique, Kasumi Yasuda réussi l’exploit de rendre son intrigue encore plus prenante et l’on commence à craindre pour la vie de nos héros, qui risquent d’avoir bien du mal à s’en tirer indemne contre les forces en présence. C’est un peu le combat de David contre Goliath et on espère découvrir rapidement la suite, ne serait-ce que pour être rassuré quant au destin de Toshiro et de ses partenaires. Il faudra toutefois être patient, puisque la date de sortie du volume 5 n’est pour l’instant pas connue.

Vous devriez Lire aussi
HPI : Qui sont-ils vraiment ?

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *