Motherland : Fort Salem

Aujourd’hui je vous parle de la série télévisée Motherland : Fort Salem. Créée par Eliot Laurence, cette série est diffusée pour la première fois le 18 mars 2020. Elle est actuellement disponible sur Amazon Prime Video et Disney+. Soyez prêts à répondre à l’appel.

On place le décor

Motherland : Fort Salem, un univers alternatif

Motherland : Fort Salem se déroule dans un univers alternatif. Imaginez ce qui se serait passé si les sorcières de Salem avaient réussi à trouver un accord avec le tout jeune gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

Nous sommes en 1692. Les sorcières de Salem trouvent un accord avec le gouvernement et le mettent sur papier.
Cette signature des deux partis met fin aux différents procès et persécutions contre les sorcières. En échange, ces dernières s’engagent à collaborer avec le gouvernement en intégrant obligatoirement l’armée et Fort Salem.

Répondez à l’appel

Motherland : Fort Salem, rejoignez l'armée

Lorsqu’elles sont en âge d’intégrer l’armée, les sorcières sont automatiquement appelées. Ces dernières n’ont pas d’autre choix que de s’engager au risque de devenir des réfractaires et fuyardes. Cependant, il est possible de se faire dispenser à une seule condition : s’il reste peu de représentantes de sa famille ou, pire, être la dernière de sa lignée.

Un pouvoir Matriarcal

Les gènes sorcière se transmettent de mère en fille, mais pas seulement.

Les garçons héritent aussi du pouvoir de leurs mères. Cependant, ils seront moins puissants que les femmes de leur famille et ne pourront pas transmettre le pouvoir à leurs enfants. Ainsi, si une famille engendre uniquement des fils, alors leur lignée de magie est vouée à s’éteindre.

C’est pourquoi les femmes sont parfois contraintes de se marier afin d’engendrer de nouvelles sorcières. Et comme si cela ne suffisait pas, si elles viennent d’une famille réputée, nos jeunes sorcières devront trouver un époux à la hauteur (aux yeux de la société des magiciennes).

La durée des mariages païens est de 5 ans et les couples ne sont pas toujours monogames.

Fort Salem

Motherland : Fort Salem, des unitées de trois sorcières.

Revenons à Fort Salem. Il s’agit d’une place forte que les jeunes sorcières intègrent dès qu’elles sont appelées. À leur arrivée, elles rejoignent une unité composée de trois sorcières au total (le pouvoir des trois, ça ne vous rappelle rien ?).

Une première formation aux arts du combat ainsi qu’à l’apprentissage de leurs pouvoirs va leur être enseignée. Les résultats qu’elles obtiendront durant les différentes évaluations auront un impact sur le classement de leur unité à Fort Salem.
Les meilleures vont poursuivre leur apprentissage en intégrant l’école de l’armée. Celles qui ont eu de moins bons résultats seront envoyées au front comme chair à canon. Ça donne envie de rejoindre l’armée, n’est-ce pas ?

Et pour couronner le tout, le destin des membres de l’unité dépend des résultats collectifs et non individuels. Ainsi, si une des trois sorcières obtient des mauvais résultats, c’est toute l’unité qui en paie le prix.

Et si on ne veut pas intégrer l’armée ?

Celles qui ne veulent pas rejoindre Fort Salem deviennent bien souvent des réfractaires. Elles intègrent parfois un groupe d’autres réfractaires pour faire front face à l’armée qui les traque.
Certaines vont tenter des actions (parfois extrêmes) contre l’armée ou des civils tandis que d’autres vont essayer de mener des vies pacifistes et vivre cachées.

Motherland : Fort Salem, c’est se battre contre différents ennemis

L’armée va devoir affronter de nombreux ennemis à commencer par le Spree, une organisation de sorcières extrémistes qui souhaitent renverser la cheffe de l’Armée voire tout le système. Les actions du Spree sont menées contre des civils qu’ils poussent à se suicider.
Il y a aussi les réfractaires. Bien que moins violents, ces derniers veulent avant tout échapper à l’armée mais n’hésitent pas à se défendre quand cela s’avère nécessaire (des réfractaires sont d’ailleurs des membres du Spree).

Au quotidien, le peuple va commencer à se méfier de la magie. Mais de façon plus extrême, la camarilla, un organisme que l’on pensait disparu depuis 300 ans, refait surface. Ce sont des “civils” (humains sans pouvoirs) qui traquent les sorcières de façon méthodique et parfois très cruelle afin de les exterminer. La chasse aux sorcières est de retour !
L’armée va partir à la recherche d’une nouvelle arme, cela devient une question de survie pour toutes les sorcières.

Synopsis

Le premier épisode commence fort avec l’attaque d’une organisation terroriste appelée “Spree”. En plein milieu d’un centre commercial, l’explosion d’un ballon force 600 personnes “civiles”, des non sorcier(e)s, à se donner la mort.
Nous allons ensuite suivre les aventures d’une unité composée de trois jeunes recrues :

  • Abigail, descendante d’une grande lignée de sorcières, les Bellweather. Son nom lui ouvre toutes les portes, mais est-ce vraiment ce qu’elle veut ? Notre jeune sorcière va vouloir faire ses preuves pour montrer au monde entier qui elle est en tant que personne.
  • Tally Craven, une jeune femme positive, gentille et curieuse. Elle vient d’un complexe matrifocal près de Sacramento, en Californie. Ce qui signifie qu’il n’y avait aucun homme dans sa communauté. Sa famille a subi de lourdes pertes en s’engageant dans l’armée. Ses quatres tantes sont mortes au combat, ainsi sa mère a reçu une dispense de rejoindre Fort Salem compte tenu du fait que leur lignée était devenue trop fragile.
    Tally possédait cette même dispense mais c’était inenvisageable pour elle de ne pas s’engager compte tenu des dernières actualités mondiales.
  • Raelle Collar, je trouve qu’elle a un peu le profil de la redneck. Elle n’arrive pas à faire le deuil de sa mère. Raelle possède un esprit rebelle, on peut même la qualifier de tête brûlée. Et pourtant, elle va faire preuve de plus de sororité que ce qu’elle pouvait imaginer.

Les points communs avec d’autres licences

J’ai évidemment trouvé un point commun avec Harry Potter. Voyons cela plus en détail :

  • D’un côté, on y intègre une école de magie, de l’autre Fort Salem.
  • Les hybrides sont l’équivalent des sang-mêlés dans Harry Potter, on retrouve dans les deux fictions des personnages très attachés aux lignées des “sang-purs”.
  • À Fort Salem, il y a des cours de magie interdite où l’on enseigne aux sorcières à se défendre contre des sorts prohibés, ce qui me rappelle fortement les cours de défense contre les forces du Mal.
  • Pour finir, un passif entre deux protagonistes ne peut que me faire penser à Dumbledore et Lord Voldemort. Mais sur ce point, je ne vous en dit pas plus afin de ne pas vous spoiler.
Motherland : Fort Salem, comparaison avec le peuple Nox

Cependant, Harry Potter n’est pas la seule histoire qui m’est venue en tête lorsque j’ai regardé Motherland : Fort Salem. En effet, un peuple en particulier m’a rappelé les Nox de la célèbre série Stargate SG1, ce peuple pacifiste aux grandes capacités mais qui préfère vivre caché.

Retrouvez notre critique complète de La Roue du Temps (The Wheel of Time) ici !

Mon avis sur Motherland : Fort Salem

J’ai particulièrement apprécié le travail de recherche qui a été fait pour respecter les différentes croyances, cultures et modes de vie. Les fêtes païennes par exemple sont souvent évoquées, le déroulement des mariages rappelant aussi les unions celtes.

Les chiffres 3 et 7 reviennent souvent, comme dans beaucoup de croyances, qu’elles soient polythéistes ou monothéistes.

D’un point de vue culturel, l’évocation de la langue mère ne m’a pas échappée. À Fort Salem, c’est un dialecte qui y est enseigné. Pour nous, simples mortels, c’est une théorie selon laquelle toutes les langues parlées dans le monde découlerait d’un seul et même langage.

L’histoire dans sa globalité est assez sympa à suivre. J’avoue que j’ai eu dû mal à m’arrêter, j’ai enchaîné les épisodes rapidement.

Pour conclure…

Si vous aimez les histoires de sorcières des temps modernes mais aussi les romances et les combats, alors cette série est faite pour vous. La trame générale est vraiment intéressante et les personnages sont très profonds.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.