Prey

Aujourd’hui, je vais vous parler de Prey, le dernier opus de la franchise Predator. Sorti le 21 juillet 2022, il s’agit d’un film d’action / science-fiction réalisé par Dan Trachtenberg.

Plantons le décor

Votre souffle est court après ces longues minutes que vous venez de passer à courir dans la forêt, vous frayant un chemin entre les arbres et la végétation luxuriante qui vous entoure.

Vous devez vous arrêter, réguler votre respiration. Inquiet, vous scrutez autour de vous les branches, à l’affût du moindre mouvement.

Soudain, un bruit étrange se fait entendre, comme un claquement guttural. Trois lumières rouges apparaissent sur votre poitrine, juste au niveau de votre cœur. C’est la dernière chose que vous voyez, avant que votre corps ne soit totalement transformé en steak haché. Charmant non ?

Prey, introduction.

Vous aimez les Aliens ? À moins que vous ne préfériez les Prédators ?

Aaaah Predator. Un des monstres les plus iconiques du cinéma et pourtant aussi un des plus maltraités et mal utilisés.

Les Millennials, aussi appelée génération Y (en gros si vous êtes nés entre le début des années 80 et le milieu des années 90), comme moi se rappellent sûrement avoir regardé à de nombreuses reprises le film original avec le grand Arnold Schwarzenegger. C’était un bon film d’action, avec des acteurs tous plus bodybuildés les uns que les autres et un scénario simple mais efficace.

Un bon souvenir pour les amateurs du genre. Suivi par un deuxième opus qui ne m’a pas du tout marqué, malgré la présence du génialissime Danny Glover (Murtaugh de l’Arme Fatale). L’histoire aurait pu s’arrêter là. Pourtant, conscients de la pépite qu’ils tenaient entre les mains, les studios du cinéma n’ont pas résisté à l’appât du gain et ce ne sont pas moins de sept films au total qui reprendront le concept du chasseur spatial aux quatres mandibules, avec plus ou moins de succès (plutôt moins d’ailleurs).

Et n’oublions pas Alien Vs Predator, qui ne laisse pas indifférent. Apprécié par certains, détesté par d’autres. Ce film a malgré tout remis les deux protagonistes sur le devant de la scène.

Alors, qu’en est-il de ce Prey, proposé exclusivement sur la plateforme de streaming Disney+ ? C’est la question à laquelle je vais essayer de répondre.

Synopsis de Prey

L’action de Prey se déroule en Amérique du Nord, au sein d’une tribu de Comanches, ces puissants guerriers natifs américains.

Naru, une jeune femme préférant la chasse aux tâches qui lui sont normalement destinées, cherche à prouver sa valeur en participant au Katamia, une cérémonie qui fera d’elle une chasseuse à part entière si elle parvient à tuer une bête plus puissante qu’elle.

Un matin, dans les bois, elle aperçoit dans le ciel l’oiseau de tempête, qu’elle identifie comme un signe.

Mais vous l’aurez compris, cet oiseau n’est autre que le vaisseau d’un Yautja venu lui aussi prouver sa valeur lors d’une grande chasse où il cherchera à collecter les plus gros trophées prélevés sur ses pauvres victimes.

Alors, qui sera le chasseur et qui sera la proie ?

Ce que j’ai apprécié dans le film Prey

Le côté Amérindien

Prey est un film très agréable à regarder. L’univers des tribus américaines m’a toujours passionné et j’ai été heureuse de voir le Predator se fondre dans ce style dans lequel on ne l’attendait pas forcément. L’absence d’armes à feu (ou plutôt leur très faible présence) et le côté “primitif” de l’époque rend cette aventure encore plus prenante, un peu comme si Naru se retrouvait seule face à l’ennemi et à elle-même. Face à l’incrédulité de ses compagnons, la jeune guerrière va devoir se préparer seule et constater au fil du film la mort de ceux qui ignoraient ses avertissements. Non seulement habile avec un tomahawk mais également vive d’esprit, elle va petit à petit utiliser ce que la nature lui offre pour affronter le Predator.

Le respect de la culture

Autre point intéressant, les traditions natives-américaines semblent, ne serait-ce que grossièrement, respectées. Attention, je ne suis pas une experte ! Mais après avoir lu plusieurs livres et vu de nombreux films sur le sujet, l’ensemble m’a paru cohérent.

Les femmes partent le matin à la cueillette, au travail des peaux et autres tâches quotidiennes pour la tribu pendant que les hommes vont chasser. Malheureusement, ce côté natif-américain sonne parfois faux pour une raison que j’évoquerais dans la partie suivante.

Les combats

Prey, les combats

D’un point de vue combat, rien à redire, c’est très bien réalisé. Les mouvements sont fluides et impressionnants, le tomahawk-boomerang fonctionne à merveille et les affrontements sont violents et gores comme on les aime.

C’est un spectacle hyper satisfaisant à regarder et même immersif, moi qui m’ennuie souvent dans les scènes d’action. En regardant Prey, je me suis surprise à vouloir esquiver les coups.

Naru est une femme de petit gabarit. Elle se sert de son intelligence et de son agilité au combat, ce qui rend les scènes tout à fait crédibles. J’avais envie de me battre à ses côtés.

Le Predator

Ce qui m’amène à parler du Predator en lui-même. D’un design pas toujours réussi dans les précédents films, Prey arrive à lui faire honneur en lui offrant une apparence puissante et bien sombre. Son masque, habituellement en métal, est remplacé par une sorte de crâne d’os qui le rend encore plus effrayant. En opposition à Naru, le Predator semble vraiment imposant et puissant. C’est un véritable monstre qui se dresse devant les pauvres fous qui ont le malheur de croiser sa route. Un gros, gros point positif.

Prey, l'aspect du Predator

Les Easter Eggs

Enfin, quelques petits clins d’œil se sont glissés dans le film. Je ne vais pas vous spoiler mais je les ai trouvés appréciables.

Retrouvez notre critique complète de Encanto : la fantastique famille Madrigal ici !

Prey, c’est aussi quelques loupés

Les personnages principaux

Prey n’est pas exempt de défaut, à commencer l’apparence des personnages principaux.

Bien que l’actrice principale soit réellement native-américaine, l’apparence de Naru et de son frère ne reflètent pas, à mes yeux, leur appartenance au premier peuple d’Amérique.

Pourtant, d’autres personnages moins importants possèdent, eux, des traits bien plus marqués et crédibles.

Les dialogues

Le problème vient peut-être également de leur langage. J’imagine que faire tout le film en Comanche sous-titré aurait été un peu trop extrême, mais les dialogues semblent un peu trop modernes, pas assez authentiques.

Les effets spéciaux dans Prey

Enfin, certains effets spéciaux manquent parfois de finesse, mais c’est très peu gênant au final.

Pour conclure…

Prey est un film vraiment sympa à regarder si on aime l’action, les Predators, les natifs-américains, ou bien les trois en même temps. On passe un bon moment. Les scènes d’action sont intenses, bien puissantes tout en étant fluides et immersives comme je les aime. L’ambiance générale du film est très appréciable. Prey est un film que je vous recommande !

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.