Contes Japonais

Couverture des "Contes japonais"

Sorti aux éditions du Héron d’Argent depuis presque 2 ans maintenant, les Contes Japonais ont fait l’objet d’une campagne de financement participatif qui a été un franc succès. Vous me direz pourquoi vous parler de ce livre maintenant ? Tout simplement parce que je viens de le découvrir et qu’il est tout bonnement impossible pour moi de ne pas vous présenter ce petit bijou.

Le héron et la déesse

Il était une fois…

La création des îles du Japon. La danse d’Ame-no-Uzume, la déesse de l’Aurore. Un démon amoureux de l’impératrice Sumedono. Un mystérieux flûtiste à la passion dangereuse. Un fils escargot astucieux.

Tous ces récits japonais et bien d’autres encore, sont rassemblés dans cet ouvrage.

Saviez-vous que le dieu des tempêtes Susanoo avait enivré le serpent à huit têtes Yamata-no-Orochi avec du saké ?

Que le pêcheur Urashima Taro avait scellé son destin en sauvant une tortue ?

Que Kaguya, la princesse de la Lune, avait rendu fou d’amour l’empereur lui-même ?

Que le palais du Bord de l’Eau était hanté ?

Qu’une renarde kitsune à neuf queues dorées avait commis des méfaits durant près de deux millénaires ?

Esprits yokai, divinités, animaux surnaturels et princesses vous attendent.

Bienvenue au merveilleux Pays du Soleil-Levant…

Le Héron d’Argent
La création du japon est évoquée dans "Contes Japonais"

Étant construit comme un recueil de contes, le livre enchaîne les histoires les unes après les autres. S’ouvrant sur une courte préface où l’auteure nous explique le pourquoi de ce livre, ainsi que l’origine historique des mythes rapportés, le volume est ensuite découpé en quatres parties thématiques. La première, nommée “Cycle légendaires du Japon”, regroupe les légendes concernant la formation de l’archipel, l’apparition des dieux et la naissance de la dynastie impériale.

Puis, dans le chapitre appelé “Le Japon, terre de rencontres entre les humains et les divinités”, ce sont les histoires mettant en scène les amours des dieux et des hommes qui nous sont narrées. Vient ensuite la partie consacrée aux Esprits de la nature et de l’archipel qui nous donne des informations sur les Yokais et les différentes créatures du folklore nippon. Enfin, le dernier chapitre sur les Princesses et jeunes filles sages met en lumière quelques récits attendrissants sur des jeunes filles en fleurs. Une introduction pertinente au monde des kamis et qui donne envie d’approfondir le sujet.  

Découvrez un extrait de Contes Japonais ici !

Monstres et Merveilles

Les illustrations de "Shiitake" sont magnifiques

Vanessa Callico est une auteure aux romans et beaux livres salués par le public et la critique. En hommage à la littérature sud américaine du « réalisme magique » et aux classiques de science-fiction, sa plume la porte naturellement vers des univers proches de la littérature fantastique. Dans son œuvre règne la problématique de la découverte de l’Autre et la transcription de mythes culturels. Originellement artiste musicienne et pédagogue diplômée d’Etat, elle a également réfléchi à une application musicale des méthodes des Écoles Nouvelles (Montessori, Freinet) sur l’apprentissage des fondamentaux de la musique et la transmission de la culture artistique. La mythologie, les légendes, les contes et l’Histoire sont la source de ses univers.

Le Héron d’Argent

Écrivaine et musicienne, Vanessa Callico est également la fondatrice et responsable éditoriale des éditions du Héron d’Argent. Auteure aguerrie, elle est à l’origine de la série de romans Les 7 Portes de l’Apocalypse qu’elle à co-écrit avec sa mère Diana Callico. Le style littéraire de la jeune femme ressort dans la transcription des contes et les rends faciles à lire. La présence, tout au long des pages, de petits encarts donnant des informations plus spécifiques sur les écrits dont sont tirés les contes, les cultes associés aux divinités et autres détails précis sur un personnage folklorique particulier permettent de se cultiver sur le sujet.

Retrouvez notre critique de l’intégrale de Mermaid Saga ici !

L’éclat du champignon

Les "déesses" ont une place de choix dans l'ouvrage

Originaire de la préfecture de Fukuoka, Shiitake est une jeune illustratrice japonaise très prometteuse. Son nom d’artiste, Shiitake, signifie « champignon », un surnom qu’elle s’était donné à l’école primaire. Elle aime particulièrement dessiner les jeunes filles et les fleurs, et souhaite que ses illustrations lui permettent de faire de nouvelles rencontres. Ses travaux sont régulièrement exposés au Japon et en France et rencontrent beaucoup de succès.

Le Héron d’Argent

Illustratrice japonaise spécialisée dans le style shōjo, Shiitake a de qui tenir puisque ses parents ont travaillé comme assistants mangaka. Bercée par le dessin, elle a pris le temps d’affiner son style et de trouver sa propre identité. Inspirée par les mangas de Clamp, on ressent cette influence dans la multitude de détails qu’elle met dans ses illustrations. De son amour pour le travail de Cicely Mary Barker, elle a tiré ses thèmes de prédilections et les compositions de ses dessins combinant personnages et arrangements floraux. Dans Contes Japonais, l’illustratrice nous gratifie de superbes illustrations poétiques pleines de douceur et de finesse qui s’accordent parfaitement avec l’élégance des textes.

Découvrez notre article sur The Druid of Seoul Station Tome 1 ici !

Si le héron est d’argent, l’ouvrage est d’or !

On sent les influences Clampesque de l'illustratrice dans "Contes Japonais"

Cela fait très longtemps que je suis fan des ouvrages publiés par les éditions du Héron d’Argent et il est relativement rare de trouver des livres avec un aussi beau niveau de finition. Tout dans leurs sorties appellent à la collection, que ce soit au niveau du contenant ou du contenu. Car, en plus d’adorer les beaux livres, je suis également férue de contes, légendes et mythologies en tout genre. C’est dire si les Contes Japonais avaient de quoi me séduire et dès la première page, j’ai su que je ne serais pas déçue.

On y retrouve les mythes fondateurs de l’archipel, ainsi que l’explication de l’essence divine de la lignée impériale japonaise, mais aussi des légendes beaucoup moins connues comme celle du blaireau et de la belle coiffeuse. Si je connaissais un certain nombre de ces contes, ce fut un régal de les redécouvrir assortis des magnifiques illustrations de Shiitake, s’étalant parfois sur deux pages. Mais attention, ce n’est pas un simple recueil d’illustrations puisque le texte y a une place toute aussi importante que les dessins qui l’habillent. Une très bonne porte d’entrée sur la tradition shintoïste, dans un écrin qui viendra faire briller de mille feux votre bibliothèque. Quand on peut joindre le savoir à la beauté, pourquoi se priver ?

Des dessins toujours très fouillés dans "Contes Japonais"
Pour conclure…

Les Contes Japonais est une superbe introduction à la tradition et à la mythologie nippone, que vous soyez déjà intéressé par le sujet ou curieux de le découvrir. Les illustrations tout en douceur et en finesse de Shiitake réhaussent le propos et sont un vrai régal pour les yeux. Et si vraiment les Contes Japonais ne vous attirent pas, il existe de nombreux autres ouvrages du même acabit disponibles aux éditions du Héron d’Argent qui, j’en mettrais ma main au feu, sauront vous emballer.

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.